• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Affaire Taton: la Grèce va se prononcer sur l'extradition d'un des meurtriers serbes

La mort de Brice Taton avait suscité une vive émotion / © AFP
La mort de Brice Taton avait suscité une vive émotion / © AFP

Le Serbe condamné par contumace pour le meurtre en 2009 à Belgrade du supporteur du TFC Brice Taton, et arrêté à Athènes,a été placé en détention dans l'attente d'une décision de la Grèce sur une demande d'extradition française.

Par VA, avec AFP

L'un des meurtriers de Brice Taton, Dejan Puzigaca, 34 ans, de nationalité serbe, qui avait été appréhendé à l'aéroport d'Athènes en fin de semaine dernière, déguisé en moine, à l'arrivée d'un vol en provenance de Thaïlande, a été déféré ce lundi matin devant le procureur grec en charge des extraditions.

Ce dernier, qui a pris acte d'une demande française d'extradition, a ordonné la mise en détention à la prison athénienne de Korydallos de celui qui est considéré comme l'un des quatre organisateurs du lynchage du supporter français.

Dejan Puzigaca doit être entendu sous une vingtaine de jours par un conseil de magistrats, qui rendront un premier avis sur la demande française. Il reviendra ensuite au ministre de la Justice de rendre sa décision.

L'homme avait été condamné à 32 ans de prison en première instance et avait vu sa peine réduite à 14 ans en 2012. Détenteur d'un faux passeport slovène, il a été identifié par la police grecque grâce à des vérifications auprès d'Interpol, où il était fiché comme recherché depuis le meurtre de Brice Taton, 28 ans, le 17 septembre 2009 dans un bar de Belgrade.

Quelques heures avant la rencontre de l'équipe de Toulouse, dont Brice Taton était un supporteur, contre le Partizan Belgrade en Europa League, le jeune Français et ses compagnons avaient été violemment attaqués par des supporteurs serbes. Grièvement blessé à la tête et au thorax, Brice Taton est mort douze jours plus tard, le 29 septembre, dans un hôpital de Belgrade.

Ce drame avait suscité une émotion considérable à Toulouse, en France, mais aussi en Serbie, attirant de nouveau l'attention sur la violence des supporteurs serbes, dont s'était inquiété le président de Serbie à l'époque Boris Tadic.

L'avocat français des parents de Brice Taton, Me Guy Debuisson, s'est félicité de "l'excellente nouvelle" que constitue cette arrestation. Il a réclamé "un seul procès" avec un autre des meurtriers, arrêté en Espagne en 2013. Djordje Prelic, également condamné par contumace, doit comparaître début octobre devant la justice serbe selon Me Debuisson.

Sur le même sujet

Carcassonne : le meurtre d'un SDF de 30 ans à La Palme en 2012 devant la cour d'assises

Les + Lus