Andres Roca Rey à “La Petatera”: la video

Démontée et reconstruite chaque année depuis 159 ans, La Petatera est inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco. / © Ramón Herrera
Démontée et reconstruite chaque année depuis 159 ans, La Petatera est inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco. / © Ramón Herrera

Andrés Roca Rey, malgré le bémol du week-end dernier à Mexico, poursuit son époustouflant périple américain. Avant-hier, il a coupé 4 oreilles et une queue dans les arènes de "La Petatera". En 159 ans d'existence, cet étrange édifice qui a vu toréer tous les meilleurs n'avait jamais connu ça!

Par Joël Jacobi

Qui pourra arrêter Andrés Roca Rey dans sa course effrénée? On jubile en lisant les cartels des premières corridas de la saison européenne qui le verront se mesurer aux figures installées depuis longtemps au sommet de l'escalafón. Si Roca Rey poursuit à Valencia, Arles ou Sévilla sur sa lancée américaine, les Juli, Castella et autres Manzanares ont du souci à se faire!

Mardi dernier, le prodige Péruvien a inscrit son nom dans l'histoire des arènes de La Petatera en étant le premier à y couper une queue.
Pour résister aux secousses sismiques fréquentes dans l'état de Colima, ces vastes arènes sont reconstruites chaque année au mois de février en bois, cordes et diverses fibres végétales. On y donne des spectacles de variété, des rodéos… et généralement trois corridas auxquelles participent les plus grands.

"Aidé" par un très bon lot de Barralva, Andrés Roca Rey y a parachevé avant-hier mardi une exceptionnelle campagne américaine.

Villa de Álvarez (Colima, Mexique)
Plaza de toros La Petatera
Mardi 16 février 2016
Troisième et dernière corrida de la feria.


2 toros de Fernando de la Mora (rejones) et 4 toros de Barralva.
Pablo Hermoso de Mendoza : silence et silence.
El Payo : applaudissements et silence (un avis).
Andrés Roca Rey : deux oreilles et deux oreilles et la queue.

Roca rey

 

Sur le même sujet

Les + Lus