Après Marseillan, Médithau s'installe à Frontignan et veut relancer les moules en mer

Publié le Mis à jour le

Le groupe Tarbouriech, basée à Marseillan, dans l'Hérault, poursuit son développement. Médithau, sa société conchylocole, vient d'ouvrir un site de préparation, de conditionnement et d'expédition de moules, à Frontignan. Le patron veut aussi relancer l'élevage de moules en mer au large de Sète.


Un nouveau site mytilicole à Frontignan

La nouvelle unité de traitement des moules vient d'ouvrir à Frontignan. L'investissement est de 2,2 millions d'euros pour une croissance espérée de 15 à 20% par an. Ce qui revient à doubler la production pour atteindre 10.000 tonnes.

Une dizaine de salariés ont été recrutés, "pour commencer" a précisé Florent Tarbouriech, patron de Médithau.

Le transfert de l'unité "moules" à Frontignan, permettra d'accroître l'activité "huîtres", dans les locaux laissés libre à Marseillan.

1.000 à 2.000 tonnes de moules en mer

Selon nos confrères d'Objectif Languedoc-Roussillon La Tribune, le dirigeant de Médithau a aussi une autre idée en tête : redéployer l'élevage de moules en mer ouverte, au large de Sète.

Aujourd'hui, la production locale de moules en mer est presque réduite à néant à cause de la prédation des daurades, alors qu'il y a des milliers d'hectares de concessions disponibles, souligne-t-il. On va mettre ce qui faut en place comme solution innovante pour produire 1.000 à 2.000 tonnes en mer ouverte.


Actuellement, les gros volumes de moules traitées par Médithau proviennent de Méditerranée italienne ou espagnole. Seules quelque 500 tonnes de moules sont élevées sur l'étang de Thau.

«Nous voulons être moteur du redéploiement de la mytiliculture en mer ouverte, affirme Florent Tarbouriech. L'idée serait de mettre en place une solution à titre expérimental dès cet été, et de la déployer en 2017 pour une première production en 2018».

Enfin l'ouverture du nouveau restaurant à Frontignan est prévue. Il s'appellera "L'Usine".

Médithau, c'est 11 millions de chiffre d'affaires en 2015, dont 15% à l'export.