Ariège : la culture du thé, une filière d’avenir dans le département

Publié le
Écrit par Lauriane Nembrot .

Le paradis du thé se trouve-t-il dans les montagnes ariégeoises ? C’est le pari que se sont lancés cinq agriculteurs du département. Encouragés par les collectivités, ils comptent sur les atouts du climat pyrénéen pour lancer une nouvelle filière locale.

Voilà dix ans qu’il a eu l’idée de planter du thé dans le Couserans, en plein cœur des Pyrénées. Yao Martin, théiculteur installé dans le Gers, revenait alors d’un voyage en Asie. "En montant dans l'Himalaya depuis l'Inde du Nord il y avait un paysage qui ressemblait à mon Couserans. Il me semblait qu’il y avait les mêmes arbres et les mêmes rhododendrons," raconte ce passionné. “Lorsque je me suis approché, ce n’était pas des rhododendrons. C’étaient des théiers”.

En montant dans l'Himalaya depuis l'Inde du Nord il y avait un paysage qui ressemblait à mon Couserans.

Yao Martin, théiculteur dans l'Ariège

Le climat pyrénéen favorable à la culture du thé 

Dix ans après cette expérimentation,  Yao Martin a déjà mis en terre une soixantaine de théiers. Cet automne, il en plantera 200 supplémentaires. Selon lui, le succès de cette expérimentation  ne se dément pas. “Là vous avez un Breton. Les Bretons font partie des plus dynamiques en France. Ils ont développé une très belle filière.”  Aujourd’hui, le cultivateur en agroforesterie peut aussi compter sur des dizaines de plants venus d’ailleurs.“Ici, vous avez un thé de montagne très réputé en Chine. Il croît lentement et nous avons beaucoup d’espoir”.

  

Les théiers poussent traditionnellement dans des zones semi-tropicales. Leurs capacités d’adaptation au climat pyrénéen seront mises à rudes épreuves dans les prochains mois. Mais selon les producteurs du Couserans, la météo locale présente quelques similitudes et offre un climat idéal à la culture du thé. “Le thé aime les terres qui ont un PH inférieur à 6.4, donc un PH acide. En plus, le théier aime une forte hygrométrie de l'atmosphère. Il boit beaucoup par les feuilles, il n’aime pas être les pieds dans l’eau”.

Une nouvelle filière pour mobiliser plusieurs acteurs économiques

Ajoutez à cela une certaine appétence pour les différences de températures entre le jour et la nuit, et on constate que tous les ingrédients sont réunis pour que la production de thé dans l’Ariège soit une réussite. À ce jour, cinq producteurs du département se sont lancés dans ce projet. Ils sont accompagnés par le centre de formation agricole de l’Ariège. 

Dans trois ans, si les premières récoltes de thé ariégeois tiennent leurs promesses, la filière du thé dans le département des Pyrénées pourrait être à l'origine de nouveaux partenariats entre plusieurs acteurs. C'est ce que défend Emmanuel Chemineau, coordinateur au CFPPA. “L’idée, c’est de fédérer tous les acteurs qui seraient intéressés par ce projet. Producteurs, CFPPA, chambre d’agriculture, des restaurateurs une fois que le produit est fini". Rendez-vous en 2025.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité