• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Aude : Jean-Jacques Boisard, le “père” de la réserve africaine de Sigean, est décédé

Jean-Jacques Boisard, figure emblématique de la réserve africaine de Sigean dans l'Aude, interviewé par l'une de nos équipes en décembre 2013. / © F3LR
Jean-Jacques Boisard, figure emblématique de la réserve africaine de Sigean dans l'Aude, interviewé par l'une de nos équipes en décembre 2013. / © F3LR

Jean-Jacques Boisard s’est éteint vendredi 10 juin à l’âge de 72 ans. Il était toujours président du conseil d'administration de la Réserve Africaine de Sigean. Un parc animalier qu'il a sauvé et dirigé pendant près de 30 ans.

Par Carine Alazet

Lors de nos derniers reportages dans la réserve africaine de Sigean, dans l'Aude, nous n'avons pu le rencontrer. Ces derniers mois, très fatigué, déprimé à la suite de décès de ses proches, il sortait peu de chez lui.
Sa maison est située au sein même de la Réserve africaine de Sigean, le parc animalier dont il est tombé amoureux dans les années 80.

Jean-Jacques Boisard, toujours émerveillé par les animaux de la réserve africaine de Sigean, en décembre 2013. Le président du conseil d'administration et ancien directeur du parc animalier s'est éteint vendredi 10 juin 2016. / © F3LR
Jean-Jacques Boisard, toujours émerveillé par les animaux de la réserve africaine de Sigean, en décembre 2013. Le président du conseil d'administration et ancien directeur du parc animalier s'est éteint vendredi 10 juin 2016. / © F3LR


Au départ, rien ne destinait cet expert comptable parisien à la direction de la réserve africaine. Pire, il n'est venu la visiter que pour la fermer ou presque. La gestion et les finances de la réserve étaient alors calamiteuses, et Jean-Jacques Boisard avait été sollicité en tant qu'expert financier. 

Tombé sous le charme du lieu, il l'a pris en mains, redressé et dirigé avec passion pendant 30 ans. Il était encore aujourd'hui le président du conseil d'administration de la Réserve Africaine. Et ses équipes parlaient de lui avec respect et affection, comme nous avons pu le constater en mars 2016 lors d'une journée passé dans les coulisses du parc animalier.

Historique de la réserve africaine de Sigean 

La réserve africaine a vu le jour en 1974, à 15 km au sud de Narbonne, en bordure des étangs de Bages-Sigean, à l'embouchure de la rivière la Berre et autour d'une zone d'anciens salins reconvertis en un vaste étang.
Cette zone représentait alors un ensemble naturel non urbanisé, riche sur le plan faunistique et floristique et qu'il s'agissait de préserver. 

C'est pourquoi la mission interministérielle du Languedoc-Roussillon ( ou mission racine, du nom de son président) chargée de l'aménagement du littoral donna en 1972 son autorisation pour la réalisation d'un parc animalier unique par sa taille, original quant à ses protocoles d'élevage extensif, bien intégré dans le milieu naturel et capable de contribuer à sa protection tout en développant une activité de conservation d'espèces animales essentiellement africaines.

Créée à l'initiative de Paul de La Panouse et de Daniel de Monfreid, la Réserve Africaine de Sigean ouvre au public le 8 avril 1974.
Mais c'est sous la direction de Jean-Jacques Boisard qu'elle est devenue un acteur incontournable de la conservation des espèces africaines en danger et de l'éducation du public à la préservation de la nature.
Sur 300 hectares, 3 800 espèces cohabitent, un espace suffisamment vaste pour que les animaux conservent des comportements naturels.

A lire aussi

Sur le même sujet

Montpellier : polémique et manifestation autour du projet de zone d'activité à Saint-Clément-de-Rivière

Les + Lus