Dans l'Aude, Marine se bat toujours pour que son fils ne soit pas renvoyé au Japon

Marine Verhoeven ne veut pas que son fils de 4 ans parte vivre chez son père au Japon. / © F3 Occitanie
Marine Verhoeven ne veut pas que son fils de 4 ans parte vivre chez son père au Japon. / © F3 Occitanie

Depuis qu’elle a quitté son mari japonais pour revenir en France, Marine se bat pour garder son fils dans l'Aude. Son mari nippon exige le retour de l’enfant dans son pays.

Par Mary Sohier

Le cauchemar se poursuit pour Marine Verhoeven. Cette mère de famille de l'Aude était convoquée à la gendarmerie de Narbonne, ce dimanche 25 août. Après deux ans de bataille judiciaire, elle refuse que son enfant de 4 ans soit renvoyé chez son père au Japon.

Tout commence en 2017 : Marine quitte son mari japonais, qu'elle accuse de violences conjugales, pour revenir en France. La jeune femme dépose une requête en divorce pour rester dans l'Aude avec son fils Louis. Son mari enclenche une procédure d'enlèvement d'enfant (via la Convention de La Haye). Débute alors une véritable bataille judicaire. Le 4 juillet 2019, la cour d'appel de Toulouse donne raison au père qui réclame le retour de son fils au Japon. Depuis le 4 août 2019, son fils Louis peut être renvoyé à tout moment.

Les gendarmes m'ont dit que je m'exposais à des sanctions pénales. Si on vient chercher Louis, je crains de ne plus jamais le revoir.
- Marine Verhoeven, mère de Louis

Car Marine, pour avoir quitté l'archipel depuis plus d'un an, n'a plus de visa japonais.

Le village de Salles-d'Aude se mobilise

Aujourd'hui, tout le village de Salles-d'Aude soutient Marine et son fils Louis dans l'espoir qu'il fasse sa rentrée scolaire à son école maternelle. Les parents des copains du petit Louis, très impliqués, ont lancé une pétition de soutien. Le comité a aussi fait un appel aux dons sur les réseaux sociaux, pour aider Marine qui a déjà dépensé 12.000 euros en frais de justice.
 
L'affaire fait aussi réagir les politiques. Sur Facebook, le député de l'Aude, Alain Perea, s'empare du sujet : "J'ai reçu une centaine de pétitions. Particulièrement attentif à ce dossier j'ai saisi M. le sous-préfet de Narbonne mais surtout immédiatement écrit au ministère de la Justice."
Sur le plan judiciaire, la mère de Louis n'a pas dit son dernier mot. Marine Verhoeven va tenter un ultime pourvoi en cassation.

Sur le même sujet

Les + Lus