• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Aude : retraités agricoles, oubliés du “plan pauvreté” gouvernemental selon la Confédération Paysanne

740 euros par mois : c'est en moyenne la pension d'un agriculteur retraité après 42 ans de cotisations...
Alors quelques jours après la présentation du plan pauvreté... La confédération paysanne monte au créneau...
Objectif : alerter l'opinion... / © FR3 LR
740 euros par mois : c'est en moyenne la pension d'un agriculteur retraité après 42 ans de cotisations... Alors quelques jours après la présentation du plan pauvreté... La confédération paysanne monte au créneau... Objectif : alerter l'opinion... / © FR3 LR

740 euros par mois : c'est en moyenne la pension d'un agriculteur retraité après 42 ans de cotisations. Alors quelques jours après la présentation du plan pauvreté, la Confédération Paysanne monte au créneau. Objectif : alerter l'opinion.
 

Par Josette Sanna


Cultiver son jardin pour Daniel, ce n'est pas qu'un loisir, c'est une nécessité. Cet ancien maraîcher retraité peut ainsi améliorer son ordinaire.

   
Sans ca, ce serait encore un peu plus dur, ça peut améliorer la retraite de 10 ou 15 %
 

Les agriculteurs en dessous du seuil de pauvreté


 Chaque mois, Daniel perçoit un peu plus de 900 euros de retraite et il n'est pas le moins bien loti ! En moyenne, les agriculteurs touchent 740 euros par mois, soit  200 euros de moins que le seuil de pauvreté. 
    
Au printemps dernier, le gouvernement devait revaloriser ces retraites, mais a finalement préféré attendre. Résultat : jusqu'en 2020 les pensions seront augmentées de 0.3% par an : moins que l'inflation prévue.
 

Le differenciel entre ce qui est proposé et l'inflation va encore accroître les difficultés des paysans
 

se désole Michel Curade de la Confédération Paysanne.

Un coup dur pour les 14 000 retraités agricoles que compte le département de l'Aude. Pour les syndicats, le compte n'y est pas.
 

On demande aux retraités agricoles d'être plus patients, alors qu'ils n'ont jamais rien demandé.
 

On demande aux retraités agricoles d'être plus patients, alors qu'ils n'ont jamais rien demandé, pas de chômage ni quoi que ce soit à l'Etat pendant leur carrière et aujourd'hui ce sont encore eux qui doivent fournir des efforts supplémentaires, s'insurge Jacques Serre, président de la section départementale des anciens exploitants

Les syndicats placent maintenant leurs espoirs dans la prochaine réforme des retraites annoncée pour 2019. Et ils espèrent qu'elle permettra aux agriculteurs retraités de percevoir enfin des pensions décentes. 
 

Sur le même sujet

"Si une cathédrale brûle, elle est appelée à être rebâtie"

Les + Lus