Candidate d'En Marche dans l'Aude : “il ne faut plus de parti”

Mireille Robert est candidate En Marche dans l'Aude
Mireille Robert est candidate En Marche dans l'Aude

Elle est l'une des rares candidates d'En Marche aux législatives déjà connue. Professeur des écoles, dans l'Aude, Mireille Robert a suivi de très près le second tour de la Présidentielle dans sa circonscription.

Par Olivier Le Creurer

Toute la journée, elle a enchaîné les visites de bureaux de vote pour s'assurer que tout se passe bien. Une préparation idéale pour celle qui est candidate aux législatives: "Vu la taille de la circonscription, un mois et demi, ça va être très court pour faire les 226 communes et les 20 cantons."

Il ne faut plus de parti

Dans un département traditionnellement socialiste dont les électeurs se tournent de plus en plus vers le Front national, Mireille Robert sait que la campagne des législatives ne va pas être facile: "Les gens qui ont voté à droite, puis à gauche et qui n'ont pas trouvé de solution, ils se tournent vers les extrêmes et ça pour moi, c'est quelque chose de terrible mais que je comprends fondamentalement. C'est pour ça qu'il ne faut plus de parti. il faut essayer quelque chose de nouveau.".

Candidate En Marche dans l'Aude
Elle est l'une des rares candidates d'En Marche aux législatives déjà connue. Professeur des écoles, dans l'Aude, Mireille Robert a suivi de très près le second tour de la présidentiel dans sa circonscription. - A. Grellier et F. Guibal

Pas de double étiquette

En Marche ! permet la double appartenance politique à ses adhérents et militants, mais demande impérativement aux futurs députés qui voudront gouverner avec Emmanuel Macron le rattachement sous sa bannière en préfecture.

Au gré des déclarations des uns et des autres, la position d'En Marche ! sur la double appartenance a pu paraître floue ou ambiguë. En toile de fond, la volonté du parti d'élargir au maximum sa base en permettant des ralliements de gauche et de droite, mais aussi de consolider sa position avec des élus portant l'étiquette du mouvement du président à l'Assemblée nationale.

Enjeu vital


Un enjeu vital car les subventions publiques, qui permettent aux formations politiques de se financer, sont attribuées en fonction des résultats aux législatives. C'est pour cela que lundi matin encore, Jean-Paul Delevoye, président de la commission d'investiture d'En Marche!, a écarté toute possibilité de double étiquette avec un autre parti politique pour les candidats investis aux élections législatives.

"Notre position n'a pas varié : si vous souhaitez soutenir le projet présidentiel, vous vous inscrivez au mouvement En Marche !, sur le site En Marche !, vous allez à la préfecture sous l'étiquette En Marche !", a insisté Jean-Paul Delevoye lundi.

Les noms des candidats dévoilés d'ici à mercredi

Les noms des candidats devraient être dévoilés d'ici à mercredi, annonce-t-on dans l'entourage de Emmanuel Macron. Concrètement, chaque postulant à la députation retenu par En Marche ! devra se rendre en préfecture entre le 15 et le 19 mai et effectuer sa déclaration de rattachement au parti, qui devrait être rebaptisé à partir de ces élections "La République en marche".

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Quel avenir pour le samu de Condom ?

Près de chez vous

Les + Lus