Carcassonne : 2 mois de prison avec sursis pour avoir décapité une statue du diable

L'église de rennes-le-Château dans l'Aude - illustrations / © Max PPP Michel Houet 2013
L'église de rennes-le-Château dans l'Aude - illustrations / © Max PPP Michel Houet 2013

Une femme qui avait décapité en avril la statue du diable dans l'église de Rennes-le-Château, entre Limoux et Quillan dans l'Aude, a été condamnée ce vendredi à deux mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Carcassonne.

Par FD avec afp

Cette condamnation a été assortie d'une mise à l'épreuve d'une durée de 24 mois avec obligation de soins et interdiction d'apparaître dans la commune audoise de Rennes-le-Château.

La femme de 37 ans, sans aucun antécédent judiciaire, devra également verser à cette collectivité 17.718 euros pour le préjudice, correspondant aux travaux de réparation.

La statue du diable vandalisée le 23 avril 2017


La femme était rentrée dans l'église, le visage masqué et une hache à la main, avant de s'en prendre à la statue soutenant le bénitier, qui représentait le diable ailé Asmodée.
Elle lui a alors tranché la tête à coups de hache avant d'en briser les bras et de détériorer le bas-relief de l'autel.

Ces éléments réalisés à la fin du XIXe siècle étaient inscrits aux monuments historiques.


Après un séjour de deux semaines dans un hôpital psychiatrique, elle avait été renvoyée en correctionnelle, le parquet estimant que son discernement n'était pas aboli.

Lors de l'audience, elle avait expliqué vouloir, par son geste, "montrer la destruction du mal incarné".

A lire aussi

Sur le même sujet

Aude : découverte de l'épicerie associative rurale de Montséret

Les + Lus