Cet article date de plus de 7 ans

Carcassonne : première réunion du Comité départemental Loup

Faire le point sur la présence du loup dans l'Aude et sur la protection des troupeaux. C'était le but de cette première réunion du comité. L'occasion de préciser les mesures d'indemnisation aux éleveurs. Sur les 23 constats de dégâts faits en 2014, 13 dossiers ont été ouverts, concernant 58 animaux.
Massif du Razès (Aude) - des systèmes d'effarouchements sonores et visuels sont installés sur les enclos des troupeaux - avril 2014.
Massif du Razès (Aude) - des systèmes d'effarouchements sonores et visuels sont installés sur les enclos des troupeaux - avril 2014. © F3 LR

Autour de la table, des représentants de la chambre d'Agriculture de l'Aude, des syndicats agricoles, les communes concernées par la présence du loup, la Fédération des Chasseurs, l'association "la Pastorale Pyrénéenne" et bien sur, le préfet avec les services de l'Etat et l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage ainsi que l'ONF. Enfin, plusieurs experts du Plan National Loup ont rappelé le cadre de ce plan.

Qui a vu le loup?

L'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage a précisé l'évolution de la présence du loup dans le département de l'Aude. Il a été aperçu ou a laissé des traces depuis le Massif du Madres jusqu'à Plavilla, début mars.

Un loup recueilli dans un zoo italien en 2014
Un loup recueilli dans un zoo italien en 2014 © TIZIANA FABI / AFP


Protection des troupeaux et indemnisations

Appareils d'effarouchement sonores et lumineux, clôtures, crédits pour embaucher des aides-bergers. Les mesures de protection des troupeaux sont nombreuses mais toutes ne sont pas mises en oeuvre. C'est d'ailleurs le principal reproche du collectif des associations pour la protection du loup en France, qui regrette que le préfet ait autorisé, depuis début avril les "tirs de défense en vue de la protection des troupeaux".
Lors de cette première réunion du Comité départemental du loup, cette autorisation de tir n'a pas été suspendue, classée dans les "dispositifs dérogatoires" à la protection du loup.

Quant au protocole d'indemnisation des troupeaux éventuellement touchés par le loup, il existe mais est assujetti au contrôle de l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage. Ainsi, ce sont les agents de l'ONCFS qui doivent faire le constat que les dégâts sur le bétail sont bien provoqués par un loup. Cette année, sur 23 constats, seuls 13 d'entre eux ont fait l'objet de propositions d'indemnisation aux éleveurs, ce qui représente une soixantaine d'animaux.
Concernant les dommages intervenus en 2013, malgré le manque de constats, certains seront exceptionnellement indemnisés, lorsque "la suspicion d'attaque de loup ne peut être écartée et l'inventaire des animaux tués a pu être reconstitué"

Le prochain comité loup de l'Aude aura lieu à l'automne 2014.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
loup agriculture environnement chasse