Sécurité à la fabrique Jean de Bru de Carcassonne : les salariés vont reprendre le travail

Les salariés de l’entreprise Jean de Bru font valoir leur droit de retrait pour raison de sécurité. Cette entreprise fabrique du matériel agricole, à Carcassonne dans l'Aude. / © F.Guibal/FTV
Les salariés de l’entreprise Jean de Bru font valoir leur droit de retrait pour raison de sécurité. Cette entreprise fabrique du matériel agricole, à Carcassonne dans l'Aude. / © F.Guibal/FTV

Une partie des ouvriers d'une entreprise de construction de matériel agricole Jean de Bru qui exercait depuis fin octobre leur droit de retrait pour manquements à la sécurité, retournent au travail. Un protocole d’accord a été signé avec la direction de l'entreprise à Carcassonne dans l'Aude.  
 

Par Isabelle Bris

Pendant plus de trois semaines, les ouvriers de Jean de Bru ont exercé leur droit de retrait pour réclamer plus de sécurité au travail.

L'entreprise fabrique des machines agricoles, à Carcassonne dans l’Aude.
Huit soudeurs y travaillent toute la journée et selon eux rien n'est prévu pour aspirer les gaz dégagés.
 

On avale toute la fumée, il n’y a pas d’extraction, pas de torche aspirante, rien, c’est pas normal ! s’insurge Hacène, soudeur depuis 32 ans.


Même crainte du côté des peintres. Eux non plus ne s'estiment pas assez protégés et de nombreux éléments de l'usine doivent faire l'objet de travaux.

Deux visites de l'inspection du travail


Au vu des risques pour leur santé, les salariés ont prévenu l'inspection du travail qui s'est déplacée sur le site à deux reprises.

Pour autant, les observations formulées en septembre -dont certaines étaient apparemment urgente- sont restées lettres mortes.
 

Depuis le temps qu’on leur dit qu’on est en train de mourir à petit feu ! Il s’en foutent, ils regardent pas que c’est vingt familles qu’ils empoisonnent ! On en a marre de ça ! fulmine Michel Torrès délégué du personnel.


 

Sortie de crise


Ce mercredi, les délégués du personnel ont signé un protocole d’accord avec leur direction et avec l’administrateur désigné par le tribunal de commerce dans la cadre de la procédure de sauvegarde mise en place pour cette entreprise.

Un plan d’action va donc être mis en place : il prévoit, de façon détaillée avec calendrier à l'appui, l'ensemble des travaux qui devront être mis en œuvre pour améliorer les conditions de travail des salariés.

Un point d'étape sera fait sur ce plan d’action lors d’une réunion entre représentants du personnel et direction le 23 janvier prochain.

Les salariés qui exerçaient leur droit de retrait depuis le 30 octobre dernier, reprendront le travail demain jeudi 28 novembre.

 

Sur le même sujet

Les + Lus