Emotion à Carcassonne après l'annonce du décès d'un ancien du 3e RPIMa au Yémen

La voiture diplomatique attaquée lundi à Sanaa / © MOHAMMED HUWAIS / AFP
La voiture diplomatique attaquée lundi à Sanaa / © MOHAMMED HUWAIS / AFP

Le Français tué par balles au Yémen est Jean-Yves Socard 50 ans un ancien du groupe de commando parachutiste du 3e RPIMa de Carcassonne. Il travaillait dans une entreprise chargée de la sécurité de diplomates européens au Yémen.

Par Laurence Creusot

La dépêche AFP tombée lundi annonçant la mort d'un Français au Yémen tué par balles a suscité l'émotion dans les rangs du régiment des paras de Carcassonne.
Jean-Yves Socard était un ancien du 3ème RPIMa. Il a fait sa carrière militaire au sein du groupe d'élite des parachutistes de Carcassonne entre 1983 à 2004. Il avait choisi après sa carrière militaire de devenir garde du corps pour une société privée basée au Yémen. Depuis 2004, il était chargé de la protection des délégations de l'union Européenne à Sanaa.

Le Français circulait dans une voiture diplomatique quand il a été pris pour cible dans le quartier des ambassades de la capitale yéménite. Un autre français a été grièvement blessé.
Dans un communiqué à l'AFP, la société de sécurité privée, Argus Security, basée à Chypre, a indiqué que les deux victimes étaient ses employés pour le compte de la mission européenne au Yémen.
Il s'agit du chef du dispositif de sécurité de la mission européenne, un Français de 49 ans, qui a été tué, et de son adjoint, également un Français de 50 ans, blessé et hospitalisé "dans les soins intensifs", a précisé Argus, ajoutant qu'ils avaient été attaqués "alors qu'ils rentraient d'une mission de reconnaissance à bord d'un 4X4 portant immatriculation diplomatique".

Condamnation unanime
Le président français François Hollande a condamné lundi "avec la plus grande fermeté" ce "lâche attentat" et souligné que la France mettra "tout en oeuvre", "en liaison avec les autorités yéménites", "pour que toute la lumière soit faite sur les circonstances de cet acte odieux et que ses auteurs soient rapidement identifiés".

Les membres du personnel diplomatique sont de plus en plus souvent la cible d'attaques perpétrées par des hommes armés dans la capitale yéménite.
La dernière en date a visé en avril un diplomate allemand, qui a été blessé en échappant à ses agresseurs qui tentaient de l'enlever, non loin de l'ambassade

Sur le même sujet

Les + Lus