Une jeune djihadiste originaire de Lézignan-Corbières pourrait être rapatriée en France

Sarah Ali Mehenni, qui a aujourd'hui 23 ans, originaire de Lézignan-Corbières (Aude) s'est convertie à l'islam à l'âge de 16 ans. / © DR
Sarah Ali Mehenni, qui a aujourd'hui 23 ans, originaire de Lézignan-Corbières (Aude) s'est convertie à l'islam à l'âge de 16 ans. / © DR

La Turquie va renvoyer 11 jihadistes français dans le prochains jours dans le cadre d'une campagne d'expulsion de combattants étrangers du groupe Etat islamique (EI). Sarah Ali Mehenni, qui a aujourd'hui 23 ans, originaire de Lézignan-Corbières (Aude) serait concernée.

Par Olivier Le Creurer

Le 11 mars 2014, Sarah, 17 ans, au lieu de se rendre à l'école à Carcassonne, gagne l'aéroport de Marignane d'où elle s'envole pour Istanbul. Une fois en Turquie, elle entre sans difficulté en Syrie où l'attendait son recruteur qui lui avait payé son voyage. "J'ai peur, je m'inquiète. Elle a contacté deux fois par téléphone, une fois par facebook son frère et sa soeur, elle nous dit qu'elle va bien. Mais est-ce qu'elle n'est pas avec quelqu'un qui est derrière elle pour lui dire de dire ça ou ça ? " nous expliquait son père quelques jours après sa disparition. Trois jours après son arrivée, la jeune fille originaire de Lézignan-Corbières, se serait mariée à un Tunisien.

Convertie à l'Islam à 16 ans


La jeune-fille s'était convertie à l'islam un an auparavant. Selon sa famille, la jeune fille aurait été endoctrinée via les réseaux sociaux. Sa famille, pratiquante modérée avait crée une page facebook pour dénoncer l'indifférence et le silence. Elle a aussi déposé une plainte contre l'Etat français. Son frère lui demande de réagir: "il faut absolument remettre en place les autorisations de sortie de territoire pour les mineurs." Le parquet de Narbonne ouvrait alors une information judiciaire pour disparition inquiétante. 

Onze jihadistes français détenus en Turquie et dont l'expulsion prochaine a été annoncée lundi par Ankara dans le cadre d'une campagne de renvois de combattants étrangers du groupe Etat islamique (EI) sont "en majorité des femmes". Officiellement, le ministère de l'Intérieur affirme ne disposer d'aucune identité. D'après le Parisien, Sarah Ali Mehenni, qui a aujourd'hui 23 ans, en ferait partie comme d'autres femmes avec leurs sept enfants. Certaines d’entre elles se seraient évadées d’un camp kurde.

Présentée à un juge d'instruction à son arrivée en France


Aucune date n'a encore été fixée pour le retour de ces quatre femmes et leurs sept enfants. Mais elle serait imminente. Elles seront toutes interpellées et présentées à un juge à leur arrivée en France dans le cadre du "protocole Cazeneuve". Signé en 2014, cet accord de coopération policière entre Paris et Ankara permet que des jihadistes rentrant de Syrie via la Turquie soient immédiatement interceptés à leur retour.

 

Sur le même sujet

Les + Lus