L'ex-légionnaire audois préfère retourner en prison par dépit amoureux

Un ex-légionnaire, placé en liberté conditionnelle courant 2013, après avoir été condamné pour séquestration dans l'Aude, a récemment détruit son bracelet électronique et préféré retourner en prison par dépit amoureux, a-t-on appris, vendredi. Il est incarcéré à la prison de Carcassonne.

Carcassonne - la gendarmerie de l'Aude - septembre 2013.
Carcassonne - la gendarmerie de l'Aude - septembre 2013. © F3 LR

Loïc Touz, 46 ans, avait été condamné en septembre 2013 à quatre ans de prison dont deux ferme pour avoir séquestré en mai, pendant cinq heures et sous la menace d'un couteau, une employée d'épicerie à Saissac dans l'Aude, a rappelé à l'AFP son avocate de l'époque, Me Chloé Demeret.

Selon les explications données à son procès par l'ex-légionnaire devenu cuisinier, la prise d'otage d'une parfaite inconnue visait à attirer l'attention de sa compagne avec qui il entretenait une relation houleuse, et à l'obliger à venir lui parler sur place, a ajouté l'avocate.
Placé en détention dès son arrestation le jour des faits, il avait obtenu fin 2013 un aménagement de peine et avait été remis en liberté sous bracelet électronique.

Mais le 30 janvier, à la suite d'une énième dispute avec sa compagne, "il a craqué" et détruit son bracelet électronique, a indiqué une source judiciaire confirmant une information du quotidien l'Indépendant.
Quelques heures plus tard, se sachant recherché, il s'est présenté à la gendarmerie de Carcassonne. Là, il a exprimé le souhait de retourner en prison, s'estimant incapable, dans ce contexte sentimental, de mener à bien son projet de réinsertion.

Il a été immédiatement remis en détention à la maison d'arrêt de Carcassonne, une décision qu'a confirmée, jeudi le juge d'application des peines, et à laquelle il ne s'est pas opposé.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
prison justice faits divers insolite