Limoux : une femme battue à mort par son compagnon

© PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP
© PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP

Le drame a eu lieu mardi soir dans le quartier Saint-Antoine à Limoux, dans l'Aude. La victime, considérée comme vulnérable a succombé à ses blessures après l'arrivée des secours. Son compagnon, a été mis en examen pour meurtre aggravé et incarcéré. 

Par Josette Sanna

C'est le drame de la misère qui s'est déroulé samedi soir dans le quartier Saint-Antoine à Limoux. Une femme âgée d'une quarantaine d'années est morte sous les coups de son compagnon.  Souffrant d'insuffisance cardiaque  et sous assistance respiratoire permanente, elle était considérée comme personne vulnérable.
Le procureur de la république de Narbonne indique que l'autopsie pratiquée le lendemain des faits, confirme la piste criminelle :  la victime a reçu de violents coups portés à la tête.  
Des coups reconnus par le conjoint de la victime qui avait dans un premier temps fait état d'une chute accidentelle ou causée par son état de santé.
C'est le conjoint violent qui a lui-même appelé les secours en début de soirée.

2 g d'alcool dans le sang



Très alcoolisé, affichant un taux de 2 g par litre de sang, il a immédiatement été placé en garde à vue.

Selon les informations de l'Indépendant, que le procureur de la République de Narbonne, a confirmées à France 3, le couple qui vivait en concubinage, avait un petit garçon de 18 mois. Il était présent dans l'appartement au moment du drame. Il a été confié aux services sociaux.


Les gendarmes appelés entre 20 et 30 fois en 3 ans


Un drame qui ne surprend pas les voisins qui décrit un couple "d'alcooliques et de drogués". Les voisins qui indiquent avoir appelé les gendarmes entre 20 et 30 fois depuis trois ans, disent avoir entendu des cris à plusieurs reprises, parfois entre 23h et six heures du matin.


Elle refusait de porter plainte


Selon des témoignages recueillis par l'Indépendant, la femme refusait de porter plainte. Mardi soir, les voisins ont entendu un gros "boum", puis plus rien avant l'arrivée des secours vers 22 h. Ils ont alors compris.

Le conjoint violent, âgé de 33 ans , sans emploi a reconnu devant les enquêteurs être alcoolique et toxicomane. Il a déjà été condamné deux fois en 2013 pour conduite sous l'emprise de stupéfiants et violences en réunion.

Il a été mis en examen pour meurtre aggravé et incarcéré.

Sur le même sujet

Handball : semaine capitale pour Montpellier

Les + Lus