• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Vin chilien sur le Tour de France : pour le syndicat audois “aucun accord n'a été trouvé”

Paris - Christian Prudhomme directeur d'ASO et Bernard Hinault au Salon de l'agriculture - 3 mars 2016 / © afp D.Faget
Paris - Christian Prudhomme directeur d'ASO et Bernard Hinault au Salon de l'agriculture - 3 mars 2016 / © afp D.Faget

La guerre du vin français sur le Tour de France 2016 n'aura pas lieu... Pas si sûr. Si jeudi, un accord a été annoncé entre l'organisateur, ASO, et Jérôme Despey, président du Conseil viticole de FranceAgriMer, pour le président du syndicat des Vignerons de l'Aude rien n'est fait.

Par Fabrice Dubault


Le directeur du Tour de France dans l'Aude le 10 mai prochain

Le président du syndicat des vignerons de l'Aude, Frédéric Rouanet, a annoncé ce vendredi matin, que le directeur du Tour de France, Christian Prudhomme, serait dans l'Aude le 10 mai, pour rencontrer les viticulteurs,

Il viendra nous présenter les accords conclus au niveau national, et on verra si on les valide ou pas", a ajouté Frédéric Rouanet.


Une réunion jeudi au salon de l'agriculture à Paris

Christian Prudhomme, le patron du Tour et le quintuple champion de la Grande Boucle, Bernard Hinault, avaient été conviés à déjeuner, jeudi, au Salon de l'agriculture, par Jérôme Despey, président du Conseil viticole de FranceAgriMer, l'établissement public qui gère l'agriculture française, et viticulteur dans l'Hérault, pour qui "ce serait une erreur" de bloquer le Tour. "Je m'y refuse", avait-il confié à l'AFP.

Un accord a été trouvé à l'issue de la rencontre

Un accord a été trouvé qui permettra aux viticulteurs des régions traversées l'été prochain, de présenter leurs productions au Village du Tour, a indiqué Christian Prudhomme.

On a discuté de la possibilité de faire venir les viticulteurs aux villages départ et arrivée à chaque étape", a expliqué Christian Prudhomme, "étonné" de cette soudaine polémique alors que l'accord avec les vins chiliens date de 2014.

Il relève juste que quand le partenariat chilien s'est noué en 2014, lors d'un passage du Tour dans le Yorkshire, en Grande-Bretagne, aucun producteur français n'avait répondu à l'appel d'offre d'ASO. "Certainement un manque de communication", avance Jérôme Despey.

Mais, pour Jérôme Despey, cette querelle était sans objet. "Au contraire, on a besoin de cette mise en avant que constitue le Tour pour nos régions", martèle-t-il.


Pour les organisateurs du Tour, "l'incident est clos" mais le syndicat des vignerons de l'Aude est moins affirmatif

L'incendie n'apparaissait pas encore complétement éteint jeudi soir, Frédéric Rouanet affirmant que son syndicat, "le plus important de France avec 4.000 membres", était toujours sur le pied de guerre, faute d'avoir pu rencontrer les organisateurs.

Aucun accord n'a été trouvé", a-t-il insisté.


En réponse, Jérôme Despey assurait que "la réunion a abouti à un accord dont je confirme la teneur et je suis prêt à aller rencontrer avec Christian Prudhomme les viticulteurs de l'Aude dès que possible".


A lire aussi

Sur le même sujet

Blaquart (Nîmes olympique) et le bâton de bourbotte

Les + Lus