Vin : les députés se prononcent pour un étiquetage obligatoire de la région d'origine

Publié le Mis à jour le
Écrit par Josette Sanna

C'est une 1ère victoire pour les viticulteurs, en guerre depuis des mois contre les importations de vins. Les députés viennent de rendre obligatoire la visibilité de la région de production sur les étiquettes. C'est l'élu audois d'En Marche Alain Perréa, qui est à l'origine de cet amendement.

Des bouteilles de vin cassées dans les supermarchés, en raison de leur provenance.... Depuis quelques années, ces images sont récurrentes.

Mécontents de subir la forte concurrence des vins espagnols, les viticulteurs d'Occitanie tentent d'alerter l'opinion publique en multipliant les opérations spectaculaires.

Ils réclament notamment un meilleur étiquetage pour permettre aux consommateurs de savoir exactement ce qu'ils achètent.

"On est sur un registre en deux points puis qu'on a estimé les pertes sur les vins françaisentre 600 et 800 000 hectolitres, le 2e point est un point d'étique : c'est avec notre image qu'on allait vendre le vin des autres" précise Frédéric Rouanet, président du syndicat des vignerons de l'Aude.

Ce week-end, Alain Perea, le député de la 2ème circonscription de l'Aude, qui comprend de nombreuse terres viticoles, a réussi à faire voter dans le cadre du projet de loi sur l'alimentation, un amendement très désiré par les viticulteurs.

Il impose d'afficher la provenance des vins sur les bouteilles et les cubis " de manière immédiatement visible par le consommateur".

Un amendement adopté en première lecture contre l'avis du ministre, et qui devra survivre au parcours parlementaire de la loi, mais le député est confiant.

"Même si l'action des députés est limitée, je continuerai à faire le forcing auprès du ministère et s'il le faut j'irai jusqu'au 1er ministre" assure Alain Perréa.


Prochaine étape, le sénat. avant une adoption définitive de la loi et donc de l'amendenment espéré pour septembre prochain.