Gruissan : un Audois de 19 ans mis en examen et écroué après la mort d'un adolescent sur le parking d'une discothèque

Après la mort d'un jeune Narbonnais de 19 ans sur le parking d'une boîte de nuit le 11 juillet 2021, à Gruissan, un adolescent audois du même âge vient d'être mis en examen et placé en détention. Le procureur de la République de Narbonne évoque une agression gratuite et non préméditée.
Gruissan - Le parking sur lequel la violente altercation a éclaté aux alentours de 4h du matin - 11.07.2021
Gruissan - Le parking sur lequel la violente altercation a éclaté aux alentours de 4h du matin - 11.07.2021 © FTV - Christophe Monteil

Il était en garde à vue depuis les faits : un jeune homme de 19 ans, originaire de Coursan dans l'Aude, a été mis en examen pour "coups mortels ayant entraîné la mort sans intention de la donner" et placé en détention provisoire après la rixe mortelle du 11 juillet dernier sur le parking de la discothèque La Villa à Gruissan (Aude). Un autre adolescent du même âge est décédé lors de cette altercation.

Violence gratuite de la part d'un seul agresseur

En l'état actuel des investigations, il n'y aurait qu'un seul agresseur et il ne s'agirait pas d'un guet-apens prémédité, contrairement à la rumeur propagée sur les réseaux sociaux, selon le procureur de la République de Narbonne, Eric Camous :

Il apparaît que les violences ont été portées de manière immédiate sans qu'il y ait eu, de la part de la victime, de geste ou d'attitude qui pouvait justifier un tel passage à l'acte.

Eric Camous, procureur de la République de Narbonne

La victime poursuivie, projetée contre un véhicule et frappée au sol

Il s'agirait donc d'un acte totalement gratuit. Dimanche 11 juillet au matin, à la sortie de la boite de nuit, la victime, à la recherche d'un ami, se serait rapproché d'un groupe de 6 individus. L'un d'entre eux, agacé par son insistance, lui aurait porté un premier coup. Parti en courant, le jeune Narbonnais aurait alors été poursuivi par son agresseur présumé qui l'aurait ensuite projeté violemment contre un véhicule en stationnement avant de lui porter un troisième coup alors qu'il se trouvait au sol.

Phénomène de société ?

Le suspect était rentré chez lui en pleurs et avait tout raconté à sa mère qui s'est alors rendue à la gendarmerie pour dénoncer les faits avant que son fils ne soit interpellé. Ce dernier était inconnu de la justice et bien inséré socialement. Un profil hélas loin d'être unique dans la société actuelle et un phénomène de violence gratuite qui pose question, selon le procureur Eric Camous :

On peut véritablement s'interroger sur la manière dont ces individus conçoivent leur rapport à l'autre et à la violence.

Eric Camous, procureur de la République de Narbonne

Le jeune Audois encourt 15 ans de réclusion criminelle.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers violence justice société jeunesse police sécurité criminalité