• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Le sous-marin La Minerve retrouvé : “C'est un soulagement” pour la famille d'un matelot originaire de l'Aude

Le sous-marin La Minerve vient d'être localisé au large de Toulon annonce le Ministère des Armées. / © AFP
Le sous-marin La Minerve vient d'être localisé au large de Toulon annonce le Ministère des Armées. / © AFP

L'épave du sous-marin français La Minerve, disparu en 1968 avec 52 hommes à bord, a été retrouvée au large de Toulon. Dans l'Aude, la famille d'un matelot originaire du narbonnais, disparu dans la catastrophe, se dit "soulagée". Témoignage recueilli à Sallèles-d'Aude.

Par Mary Sohier

Depuis quelques jours, Martine Coustal qui réside à Sallèles-d'Aude passe par toutes les émotions. Le 21 juillet, elle a appris que l'épave de La Minerve, le sous-marin dans lequel son mari a disparu, a été retrouvé. La fin de plus de 50 ans d'attente : "C'est un ouf et en même temps, c'est une crainte de savoir comment ça s'est passé.".
 

Le 27 janvier 1968, sa vie bascule. Son fiancé, Marcel, disparaît au large de Toulon. Il était l'un des 52 membres d'équipage de La Minerve. Dans une mer démontée, alors que le sous-marin et ses hommes regagnent la base navale le soir-même, le bâtiment militaire cesse d’émettre le moindre signal à 7h49. Le Minerve sombre en quatre minutes. Dans le même temps, Martine se retrouve veuve à tout juste 18 ans et attend un bébé. 

Aujourd'hui, "Marcel Junior", le fils de Marcel Coustal, veut connaître le scénario de la catastrophe. "Ca a duré quatre minutes la descente. Comment ça s'est passé ? On espère qu'ils ont souffert le moins possible. Mais rien que de l'imaginer... Ce n'est pas toujours facile", raconte-il avec émotion.
 

C'est un soulagement de savoir qu'ils sont là. C'est un lieu de sépulture. Il faudra l'honorer.
- "Marcel Junior", fils de Marcel Coustal.

 
 

Une découverte grâce aux progrès technologiques

Le 8 février 1968, une cérémonie d'hommage national, sans corps, est célébrée à Toulon, en présence du général de Gaulle. Des recherches épisodiques sont menées en 1969 et en 1970 mais le mystère demeure. L'affaire est classée secret défense. Il faudra attendre la commémoration du cinquantenaire de l'événement, en 2018, pour que le sujet soit remis en lumière. Plusieurs familles de victimes demandent la reprise des recherches et la levée du secret. Ce que les autorités acceptent.

Les gros moyens sont engagés. Un drone sous-marin de recherche de l’Ifremer, capable de couvrir dix kilomètres carrés par jour, a été mis à l'eau. Le navire américain Seabed Constructor, déjà à l’origine de la découverte du sous-marin argentin San Juan disparu en novembre 2018, a lui aussi été affrété. C'est grâce à ce navire que l'épave est retrouvée à 2.370 mètres de profondeur et à 45 kilomètres des côtes. "C'est un succès, un soulagement et une prouesse technique", a annoncé sur les réseaux sociaux la ministre des Armées, Florence Parly, lundi 22 juillet.
 


Une cérémonie d'hommage en mer prévue

Une partie du mystère de La Minerve est donc levé. Reste à savoir pourquoi le géant de 800 tonnes a coulé avant d'imploser. Parmi les causes probables qui ont été évoquées : une avarie des deux barres arrière, une collision avec un bateau, l'explosion d'un missile, d'une torpille ou un accident du tube d'aération. L'épave ne sera pas remontée à la surface. Une cérémonie d'hommage en mer devrait avoir lieu en présence des familles dans les semaines ou les mois à venir.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Sète et les Morello : une histoire de famille

Les + Lus