Accident de car de Fitou : les passagers légèrement blessés quittent l'hôpital de Narbonne

Sur les 18 victimes de cet accident de car de Fitou, encore hospitalisées, lundi, 4 sont dans un état jugé grave par les médecins. 14 autres sont sorties de l'hôpital ou devaient en sortir, d'ici à mardi matin. Le passager ukrainien, interné à Limoux, pourrait être jugé irresponsable de son acte.

Narbonne (Aude) - des passagers blessés dans l'accident de car de Fitou quittent l'hôpital - 12 août 2013.
Narbonne (Aude) - des passagers blessés dans l'accident de car de Fitou quittent l'hôpital - 12 août 2013. © F3 LR

Le car transportait 44 personnes dont 3 chauffeurs. Parmi les passagers, il y avait des Français, des Russes, des Ukrainiens ainsi que des Espagnols. L'accident a fait 2 morts et 39 blessés dont 4 graves.

Ce lundi soir, 4 blessés graves étaient toujours hospitalisés, à Perpignan (1 personne), à Toulouse (1 personne), à Carcassonne (2 personnes) et 14 blessés légers étaient en instance de quitter l'hôpital, notamment à Narbonne.


durée de la vidéo: 00 min 28
Narbonne (11) : les victimes de l'accident de car de Fitou quittent l'hôpital



Une information judiciaire sera ouverte, mardi, pour homicide et blessures involontaires.

Les victimes et la suite de l'enquête

Quant aux victimes, "c'est aujourd'hui très difficile pour elles de concevoir que (l'auteur des faits) pourrait être pénalement non coupable des faits qu'il a commis", a reconnu le procureur, "c'est pour autant la règle de notre code".


Le chauffeur passe de statut de suspect à celui de victime

Les enquêteurs avaient d'abord jugé peu crédible la première explication fournie par le conducteur, d'autant que des témoignages semblaient contredire sa version des faits, même si la plus grande partie du car dormait à ce moment-là.
En fait, c'est l'Ukrainien lui-même qui, presque spontanément, a confirmé les dires du chauffeur, a indiqué le commandant Fara N'Doye, chef de l'escadron départemental de sécurité routière de l'Aude.

Le chauffeur avait certes livré un descriptif de l'individu en cause et de sa tenue vestimentaire. Mais celui-ci avait été évacué avec les autres blessés sous une couverture de survie et les gendarmes n'avaient pu établir le lien.

Le conducteur espagnol du car a lui-même été mis hors de cause et "il est en réalité considéré aujourd'hui comme une victime à l'instar des passagers", a dit le procureur.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers routes accident justice