• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Aude : 2000 personnes réunies contre un projet d'AREVA à Narbonne

Environ 2000 personnes manifestaient à Narbonne contre un projet d'Areva. / © Pascaline Arisa Boriès/France 3 LR
Environ 2000 personnes manifestaient à Narbonne contre un projet d'Areva. / © Pascaline Arisa Boriès/France 3 LR

Plus de 2000 personnes ont manifesté dimanche 5 novembre à Narbonne, dans l'Aude, contre le projet d'une nouvelle unité de traitement des nitrates d'Areva. 

Par C.C

La mobilisation ne faiblit pas. Ils étaient plus de 2000 habitants de Narbonne et des environs, à venir de nouveau manifester dimanche 5 novembre 2017 place de l'Hôtel de Ville. En cause : le projet TDN THOR, de traitement des déchets nucléaires sur le site d'Areva Malvesi, dans l'Aude. 

Parmi les manifestants, Fabrice Hurtado de l'association TCNA transparence des canaux de la Narbonnaise. Lui déplore avant tout le procédé mis en place. "Quelque soit le déchet, ce procédé entraîne des incidents à répétition. Il s'agit d'incidents graves qui génèrent des pollutions et un vrai danger sanitaire. C'est donc un procédé peu fiable, cher et dangereux." 

Le projet consiste à traiter des effluents liquides nitratés générés par la transformation de l'uranium. Le procédé thermique qui doit être utilisé entraîne des rejets de gaz et de fumée dans l'atmosphère. Les opposants au projet craignent que cela soit dangereux pour l'environnement et la santé. Parmi eux, des élus du Narbonnais, des députés dont José Bové, ou encore le  comédien Pierre Richard. 

Aude : 2000 personnes réunies contre un projet d'AREVA à Narbonne
Plus de 2000 personnes ont manifesté dimanche 5 novembre à Narbonne, dans l'Aude, contre le projet d'une nouvelle unité de traitement des nitrates d'Areva.


La préfecture statuera jeudi 9 novembre


Quelques experts indépendants ont par ailleurs renforcé l'inquiétude des manifestants. Ils ont mis en avant des erreurs de chiffrages dans les différentes études présentées lors de l'enquête publique effectuée par AREVA.

En parallèle de cette manifestation, une pétition circule sur les réseaux sociaux : elle a recueilli plus de 10 000 signatures. 
   
Le préfet de l'Aude doit statuer jeudi 9 novembre.



A lire aussi

Sur le même sujet

chasseurs d'épaves à Frontignan : épisode 4

Les + Lus