Areva à Narbonne : 500 personnes mobilisées pour dire non au projet de traitement des déchets

Publié le Mis à jour le
Écrit par Joane Mériot .

500 personnes se sont mobilisées ce samedi pour dire non à un nouveau procédé de traitement des déchets de l’usine Aréva Malvési de Narbonne. Des déchets produits par l’usine dont la spécialité est l’uranium. Les riverains sont inquiets pour leur environnement.

500 personnes se sont réunis pour protester contre le projet de l’usine Aréva Malvési ce samedi à Narbonne, tous refusent le projet TDN celui du traitement des nitrates générées par le site industriel. Et pour dire non à ce projet, les habitants de Narbonne ont formé un papillon humain géant place de l'hôtel de ville à Narbonne.







Dans le cadre de son activité de transformation d'uranium, le site industriel rejette dans ces bassins des effluents liquides nitratés.



Avec plus de 50 années d'exploitation, on comptabilise aujourd'hui environ  350 000 M3 d'effluents liquides, l'équivalent de 93 piscines olympiques.

L'objectif de l'entreprise est de vider les bassins. Mais voilà, le principe retenu par Areva inquiète. L'idée serait de brûler ces déchets.

Le projet nous présente 5700 tonnes de charbon qui vont brûler à 850 degrés pour éliminer des déchets nitratés, Il y a la question des éléments radioactifs qui vont se rajouter à la pollution chimique, et à cette température là, beaucoup d’éléments chimiques et radioactifs peuvent s’évaporer dans la nature.



Le reportage d'Esmeralda Terpereau et Thierry Will



durée de la vidéo: 01 min 43
500 personnes se sont mobilisées ce samedi après-midi devant l’usine Aréva Malvési de Narbonne, dans l’Aude pour dire non à un nouveau procédé de traitements des déchets. Des déchets produits par l’usine dont la spécialité est l’uranium. Les riverains sont inquiets pour leur environnement. ©France 3 LR




Contacté, Aréva ne souhaite pas s'exprimer sur ce dossier pour l'instant.



Aujourd'hui le projet TDN est suspendu et Areva n'a pas encore obtenue l'autorisation préfectorale. Les services de l'état comptent statuer le 9 aout prochain, le temps d'étudier des solutions alternatives. Ces citoyens eux comptent rester mobilisés.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité