Trafic de viande de cheval : quatre nouvelles mises en examen

 La Guardia Civil espagnole, en train de perquisitionner aux abattoirs de Gérone dans l'affaire de la viande de cheval qui a éclaté dans l'Aude.
La Guardia Civil espagnole, en train de perquisitionner aux abattoirs de Gérone dans l'affaire de la viande de cheval qui a éclaté dans l'Aude.

Quatre personnes de plus ont été mises en examen mercredi à Marseille dans l'affaire du trafic de viande de cheval impropre à la consommation, dont la tête présumée du réseau.

Par Isabelle Bris

L'affaire s'étend désormais jusqu'en Espagne. Ce mercredi, lors d'une perquisition aux abattoirs de Gérone, des policiers de la Guardia civil ont saisi des dossiers concernant plusieurs centaines de chevaux abattus depuis 2010. 
Depuis des semaines, des gendarmes montpelliérains et des  policiers catalans ont placé sous surveillance l'abattoir municipal. Ils ont découvert que la Narbonaise des viandes, la société qui est au coeur du trafic, y a fait abattre des équidés par l'intermédiaire d'une société espagnole.

Les enquêteurs vont devoir faire le tri pour découvrir l'importance du trafic et l'origine exacte des chevaux. Ils veulent également  comprendre pourquoi la Narbonaise des viandes les a fait abattre en Espagne.

Par mesure de précaution, le mairie de Gérone a fait fermer la ligne d'abattage des chevaux de cet abattoir. A Marseille, les présentations continuent, après quatre maquignons mis en examen mardi pour "usage de faux  et tromperie"faux en documents administratifs" et "tromperie sur la qualité substantielle de la marchandise vendue", six autres complices comparaissaient ce mercredi. Parmi eux, l'organisateur présumé du trafic, le gérant de la Narbonaise des viandes qui a été mis en examen. Le procureur envisage de demander sa détention. 

Au total, pour le moment, huit personnes ont été mises en examen à Marseille dans le cadre de ce nouveau scandale. Le point avec Emilien Jubinau et Cédric Métairon.


DMCloud:138843
Viande de cheval: les mises en examen
Le négociant narbonnais soupçonné d'être la tête du réseau, a été mis en examen. C'est le 5ème dans cette affaire qui prend de l'ampleur.

 

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus