Millau : manifestation samedi pour protester contre les amendes pour rassemblement illégal après le confinement

Samedi 13 juin 2020, des habitants de Millau en Aveyron manifesteront contre les amendes infligées pendant le déconfinement pour rassemblement illégal. Trois rassemblements ont en effet eu lieu pendant cette période et une vingtaine de personnes aurait été verbalisées. 
Des Millavois ont été verbalisés après leur participation à la manifestation pour la convergence des luttes, le 12 mai dernier.
Des Millavois ont été verbalisés après leur participation à la manifestation pour la convergence des luttes, le 12 mai dernier. © Vincent Isore/MaxPPP

Une manifestation pour protester contre des amendes infligées à la suite d'une... manifestation. 

Samedi 13 juin, à 11 heures, place du Mandarous à Millau (12), les Millavois sont invités à manifester pour protester contre des amendes infligées à une vingtaine de personnes, pour leur participation à un rassemblement pour la convergence des luttes, le 12 mai dernier, au même endroit.

Quelques jours après cette manifestation, des citoyens ont eu la désagréable surprise de recevoir chez eux la notification d'une verbalisation. Motif : "rassemblement interdit sur la voie publique dans une circonscription territoriale où l'état d'urgence sanitaire est déclaré". Coût : 135 euros.

Deux autres manifestations ont eu lieu après, toujours dans le courant du mois de mai, et là encore, des participants ont reçu des contraventions, à hauteur de 200 euros, majorées donc pour cause de récidive.

Des sanctions qui sont très mal perçues, les rassemblements ayant eu lieu, selon les personnes verbalisées, en conformité avec les règles sanitaires, soit avec le port du masque et le respect de la distanciation. Une atteinte à la liberté d'expression selon ceux qui appellent à ce nouveau rassemblement demain, samedi 13 juin. Et qui s'étonnent de ce que les forces de police ont laissé alors se dérouler les manifestations sans tenter de les dissoudre.

Des citoyens verbalisés ont en outre l'intention de contester ces contraventions au motif qu'ils n'ont pas été contrôlés durant le rassemblement mais peut-être identifiés grâce aux caméras de vidéosurveillance, ce qui constituerait un détournement de l'usage de ces caméras, selon la ligue des droits de l'homme.

"C'est une atteinte à notre liberté de manifester, de nous exprimer", explique Benoît Sanchez-Mateo, du collectif Convergences millavoises, lui aussi verbalisé à deux reprises. "Nos droits sont mis à mal dans cet état d'urgence sanitaire qui risque de se prolonger". 

L'appel au rassemblement de ce samedi 13 juin est à l'initiative des organisations suivantes : PCF, UCL, NPA, CGT, Gilets Jaunes, Sud Solidaires, les faucheurs volontaires, la confédération paysanne, le collectif des intermittents, le collectif de défense des migrants.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société déconfinement manifestation économie social