Roquefort : malgré un accord pour changer l’étiquetage du " Bleu de brebis", les agriculteurs demandent son retrait

Depuis avril 2019, les défenseurs de l'AOP Roquefort s'opposent au groupe Lactalis, concernant le " Bleu de brebis ". Un fromage accusé d'être une copie du Roquefort, à cause de son apparence et son emballage. Pour éviter toute confusion, un accord visant à modifier l'emballage a été trouvé. 

© MaxPPP

Le contentieux entre le Roquefort et le Bleu de brebis semble s'être calmé. Un accord visant à modifier l'emballage de la "copie du Roquefort" a été trouvé.  

Mais le débat n'est pas encore clos. Depuis le mois d'avril 2019, l'entreprise Société des Caves, filiale de Lactalis, commercialise le Bleu de brebis, un fromage au lait pasteurisé fabriqué à Rodez.

Le lancement de ce dernier provoque un tollé. Pour cause, sur les étals, Roquefort et Bleu de Brebis cohabitent, avec une ressemblance certaine : même couleur, même marque au logo ovale et vert. Au premier coup d'oeil on pourrait les confondre, seul le prix les différencie : le Bleu de Brebis est moins cher. 

Dès lors, la confédération paysanne et l’association "Fromages de terroirs" parlent de "tromperie" sur l’emballage. Ils décrivent  une stratégie marketing qui vise à faire disparaître à terme la plus ancienne appellation d’origine protégée (AOP) créée en 1925. Les agriculteurs sont vite rejoints par José Bové qui parle de " fraude au consommateur ", craignant un danger pour l'appellation d'origine protégée

En septembre 2020, après plusieurs études menées par l'IFOP et la commission organoleptique de la confédération générale de Roquefort, cette dernière conclut que la comparaison entre le Bleu de brebis Société et le Roquefort AOP ne prête pas à confusion. 

L'étiquetage du Bleu de brebis va évoluer

Cette semaine, après un an et demi de débat, l'institut national de l'origine et de la qualité (INAO), la confédération générale de Roquefort et Lactalis ont convenu d'un accord pour faire évoluer l'étiquettage du Bleu de Brebis, et ainsi éviter les confusions pointées du doigt par les défenseurs de l'AOP Roquefort. 

" Tous les éléments de l'étiquetage vont évoluer. C'est le résultat d'un travail collectif mené avec plusieurs acteurs. Même si le risque de confusion était limité, nous tenons à nous différencier du Roquefort " précise Anne-Julia Goutte, directrice marketing chez Lactalis. 

Les défenseur du Roquefort réclament le retrait du Bleu de brebis

Mais dans le camp d'en face, cette évolution de l'identité visuelle du produit ne satisfait guère. Pour Sébastien Persec, le porte-parole de la confédération paysanne de l’Aveyron, " il ne suffit pas de changer l’emballage pour que le Bleu de brebis soit une menace d’amener à la surproduction et à la baisse du prix du lait ".

Avec ses homologues de la confédération paysanne, il demande que le Bleu de brebis soit retiré du marché. Les agriculteurs se réuniront prochainement pour décider de la suite.

Prêts à mener le combat, Sébastien Persec envisage de " faire appel à la cour de justice de l'Union Européenne ", inspiré par un précédent avec le Morbier, le fromage jurassien à la raie cendrée. En 2019, les juges européens avaient dû trancher pour une protection de ce fromage. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
gastronomie culture polémique société