• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Béziers : Jacques Rançon avoue le meurtre d'Isabelle Mesnage dans la Somme en 1986

Béziers (Hérault) - Jacques Rançon sort du palais de justice après ses aveux mis en examen pour viol et assassinat sur Isabelle Mesnage et retourne en prison - 20 juin 2019. / © maxppp Michael Esdourrubailh
Béziers (Hérault) - Jacques Rançon sort du palais de justice après ses aveux mis en examen pour viol et assassinat sur Isabelle Mesnage et retourne en prison - 20 juin 2019. / © maxppp Michael Esdourrubailh

Jacques Rançon a avoué le viol et le meurtre d'Isabelle Mesnage à Cachy, dans la Somme, en 1986. Le tueur de la gare de Perpignan est en garde à vue à Béziers depuis mardi. Il a été condamné en mars 2018 à la réclusion à perpétuité pour les mêmes faits sur 2 jeunes femmes en 1997 et 1998.

Par Fabrice Dubault


Jacques Rançon, entendu à Béziers depuis mardi, a été déféré devant un juge ce jeudi matin, pour le viol et le meurtre d'Isabelle Mesnage à Cachy, près d'Amiens, il y a 33 ans. 

Après avoir avoué les faits, il a été mis en examen des chefs d'assassinat et de viol par les deux magistrats instructeurs amiénois.

Cette mise en examen intervient dans le cadre de ce nouveau meurtre perpétré en Picardie en 1986,
soit plus de 10 ans avant ceux commis à Perpignan.
 
 

L'aveu d'un 3e meurtre et la résolution d'un "cold case"


Il a été extrait mardi matin de la prison de Béziers, où il purge une peine de réclusion criminelle à perpétuité, pour être interrogé par les gendarmes de la section de recherches d'Amiens au sujet du meurtre non élucidé de cette jeune informaticienne.

Le cadavre d'Isabelle Mesnage avait été découvert le 4 juillet 1986 aux abords d'un chemin de randonnée à Cachy dans la Somme. Les vêtements de la jeune fille étaient en partie déchirés et des objets lui appartenant avaient été retrouvés disséminés autour de son corps.

Dans un communiqué, le procureur de la République, Alexandre de Bosschère est revenu sur les aveux de Jacques Rançon :
 

Lors de sa garde à vue, Jacques Rançon a expliqué avoir enlevé Isabelle Mesnage le jour de sa disparition alors qu'elle faisait du stop. Il l'avait frappée, violée avant de l'étrangler. Il avait ensuite porté atteinte à son corps avec le même mode opératoire que celui qui sera utilisé pour ses futures victimes en 1997 et 1998

 
Béziers : Jacques Rançon avoue le meurtre d'Isabelle Mesnage dans la Somme en 1986
Jacques Rançon a avoué le viol et le meurtre d'Isabelle Mesnage à Cachy, dans la Somme, en 1986. Le tueur de la gare de Perpignan est en garde à vue à Béziers depuis mardi. Il a été condamné en mars 2018 à la réclusion à perpétuité pour les mêmes faits sur 2 jeunes femmes en 1997 et 1998. - F3 LR


Son premier meurtre ? 


Toujours selon le procureur de la République, Jacques Rançon a expliqué que ce crime nouvellement dévoilé serait le premier de cet homme aujourd'hui âgé de 59 ans : "Selon Jacques Rançon, il s'agissait de son tout premier meurtre. Il affirme qu'il n'existe pas d'autres victimes d'homicide que les trois victimes identifiées à ce jour". 


Le tueur de la gare de Perpignan condamné à perpétuité pour 2 meurtres en 1997 et 1998


La cour d'assises des Pyrénées-Orientales a condamné Jacques Rançon en mars 2018 à la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d'une peine de sûreté de 22 ans.
Il avait avoué le viol et le meurtre de deux jeunes femmes, Moktaria Chaïb, 19 ans, et Marie-Hélène Gonzalez, 22 ans, près de 20 après les faits. Il était également jugé pour une tentative de meurtre et une tentative de viol, sur Sabrina, en mars 1998, toujours à Perpignan. Sabrina, une survivante.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les “gilets jaunes” d’Alès ont de nouveau investi la rocade

Les + Lus