• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Capturer des daurades sauvages : l'expérience inédite de 3 pêcheurs de Sète

Les pêcheurs lors de la capture des daurades sauvages à Sète / © FR3 LR
Les pêcheurs lors de la capture des daurades sauvages à Sète / © FR3 LR

Kevin, Robert et Denis, 3 pêcheurs de Sète, ont réalisé une expérience inédite en France : capturer des daurades et les maintenir en vie pendant plusieurs semaines dans un bassin. Des bassins testés au lycée de la mer.

Par Joane Mériot


Comment manger des daurades sauvages toute l'année à un prix stable ? Des pêcheurs de Sète ont peut-être trouvé la solution en pêchant ces daurades et en les conservant ensuite dans des bassins. L’objectif : valoriser le produit en période creuse. Une expérience inédite en France, réalisée au lycée de la mer à Sète.

En octobre dernier a eu lieu la grande migration automnale des daurades. Avec l’hiver, les températures de l’étang de Thau diminuent. Les daurades migrent alors vers la mer pour revenir au printemps seulement. De novembre à mars, on trouve très peu de daurades sur le marché ou alors à des prix trop élevé, c’est la période creuse.

C’est pourquoi, ces trois pêcheurs ont décidé de mener une expérience.

Robert Rameau, est l’un des pêcheurs à l’initiative du projet

L’objectif de cette expérience était dans un premier temps de connaitre la réaction des daurades en bassin, savoir si elle mangeait et ce qu’elle mangeait. Personne ne savait puisque personne n’avait jamais réalisé cette expérience


Le reportage de Laurent Beaumel et Bruno Pansiot-Villon à Sète

Maintenir des daurades sauvages en vie, une expérience inédite en France
3 pêcheurs sont à l'iniative d'une expérience inédite en France : capturer des daurades sauvages et les maintenir en vie.  - France 3 LR - B.PANSIOT-VILLON L.Beaumel
Pendant 1 mois et demi, les daurades sont nourris de moules et de crabes verts pour les maintenir fraîches et sauvages. Le but étant de conserver une qualité et une quantité de poissons suffisante pour les remettre sur le marché à la période de Noel.

Sur le même sujet

Sécheresse : l'inquiétude des éleveurs du Roussillon

Les + Lus