• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Dix présidentes de conseils départementaux mais deux en Languedoc-Roussillon

Hemeline Malherbe, présidente du conseil départemental des Pyrénées-Orientales (à gauche) et Sophie Pantel, présidente du conseil départemental de la Lozère / © AFP et infographie France 3 LR
Hemeline Malherbe, présidente du conseil départemental des Pyrénées-Orientales (à gauche) et Sophie Pantel, présidente du conseil départemental de la Lozère / © AFP et infographie France 3 LR

Grâce à la loi sur la parité, les femmes sont autant représentées que les hommes dans les conseils départementaux. Mais le chemin est encore long concernant la présidence des départements. Si le Languedoc-Roussillon est un bon élève avec 2 présidentes, elles sont seulement 10 dans toute la France.

Par Z. S. avec AFP


A peine 10% de femmes sont à la tête d'un conseil départemental en France. La loi sur la parité et l'instauration des binômes hommes/femmes ont permis une entrée en force des femmes jusqu'ici sous-représentées dans les assemblées départementales. Mais cette parité est loin d'être instaurée à la tête des conseils départementaux. Seulement huit femmes ont été élues présidentes sur les 101 départements français.

La secrétaire d'Etat chargée des Droits des Femmes Pascale Boistard a réagi, jeudi, sur son compte Twitter.

A l'issue du troisième tour des élections départementales, huit femmes ont pris la tête d'un département : 

Avec Anne Hidalgo à Paris et Josette Manin en Martinique, où il n'y a pas eu d'élection, le total de femmes atteint donc péniblement 10 sur 101 départements, 6 à gauche de l'échiquier politique et 4 à droite.

Récemment, cette question inquiétait le Haut conseil pour la parité qui appelle "les partis politiques à se hisser à la hauteur de l'exigence de démocratie en s'organisant pour favoriser la parité à la tête des départements et des régions de demain". Il n'y a qu'une femme présidente de région sur 22.

Des femmes présidentes? "On est encore dans le domaine du rêve...", pronostiquait récemment le secrétaire général du MoDem Marc Fesneau. 


L'argument du sortant expérimenté, la plupart du temps un homme puisque les conseils généraux sortants comptaient 13,8% de femmes, est souvent mis en avant, au risque du statu quo. "Beaucoup de sortants vont se présenter et ils seront présidents", analysait ainsi la députée UMP Virginie Duby-Muller, chargée de la parité à l'UMP.

A lire aussi

Sur le même sujet

Sensibilisation à la sécurité routière à Nîmes

Les + Lus