• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Djihad en Syrie : Un Gardois parmi les six Français interdits de sortie du territoire

© Max PPP
© Max PPP

Le ministère de l'Intérieur confirme l'information selon laquelle un homme de 29 ans résidant dans le Gard fait partie des six personnes soupçonnées de vouloir rejoindre le djihad en Syrie.

Par Laurence Creusot

Six Français qui s'apprêtaient à partir en Syrie ont vu leurs passeports confisqués, première application concrète d'une mesure inscrite dans la loi antiterroriste votée en novembre et qui doit "monter en puissance", avait assuré Bernard Cazeneuve.

On a appris ce soir qu'un Gardois fait partie de la liste des personnes candidats au départ en Syrie.
Information émanant du ministère de l'Intérieur. Il est âgé de 29 ans et réside dans la région de Vauvert.


Les six hommes et femmes, âgés de 23 à 28 ans, dont le départ vers la Syrie apparaissait imminent aux yeux des services de renseignement, se sont vu notifier leur interdiction de sortie du territoire "la semaine dernière".
En échange de leurs papiers d'identité, qui leur ont été confisqués pour une durée de six mois renouvelables pendant 2 ans, ils ont reçu un récépissé.

D'après nos informations cette procédure administrative faisant suite à un rapport des renseignements généraux et émanant du ministère de l'Intérieur est susceptible de recours au près d'un tribunal administratif. Et la personne concernée bénéficie d'un délai de 15 jours à compter de la notification de cette interdiction de sortie pour faire appel.

Une "quarantaine" d'autres interdictions sont d'ailleurs déjà "en préparation", avait ajouté le ministre lors d'un point presse le 23 février Place Beauvau.

Il s'agit des toutes premières interdictions administratives de sortie du territoire, une des mesures phares de la loi antiterroriste votée en novembre, l'une des plus sévères d'Europe et qui vise à freiner les départs vers la Syrie et l'Irak. Le ministère de l'Intérieur a envoyé une circulaire à ce sujet aux préfets le 18 février.
Les six candidats au djihad "proviennent notamment de la région Rhône-Alpes et du sud-est de la France", a expliqué une source proche du dossier à l'AFP, précisant que "certains d'entre eux s'étaient déjà rendus en Syrie".


Avec 1.400 Français ou résidents impliqués dans des filières d'envoi de djihadistes en Syrie ou en Irak, 410 sur place, 260 de retour en France et 80 tués dans des combats ou des attentats-suicide, la France est au premier rang des pays occidentaux
touchés par ce phénomène. Une problématique qui, malgré le durcissement de la législation, perdure.
"Si des Français partent commettre des exactions en Irak et en Syrie, à leur retour, ils représentent un danger plus grand encore (...) et risquent de commettre des actes terroriste de grande ampleur", a rappelé le ministre de l'Intérieur.

Sur le même sujet

Hérault : une fillette de 20 mois et sa mère retrouvées mortes aux Rives

Les + Lus