• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

La France en vrai

Le lundi soir vers 23h. Un mercredi par mois après Enquêtes de région.
Logo de l'émission La France en vrai

Du rugby à tout prix, entre tradition et modernité

Jour de match dans les Baronnies / © 13 productions
Jour de match dans les Baronnies / © 13 productions

Un documentaire sur l'esprit rugby et son évolution à travers le regard et l'expérience de plusieurs personnalités, spécialistes du ballon ovale, dont Henry Broncan, qui symbolise plutôt le rugby traditionnel et Mourad Boudjellal qui représente le professionnalisme à l'excès…

Par Guiseppin Marie-France

Des Baronnies dans les Pyrénées à la Vallée du Gapeau dans le Var, des rives de la Méditerranée de Toulon au centre de formation de Toulouse en passant par les terrains d’entraînement d’Agen… 

Avec Henry Broncan, Mourad Boudjellal, Pierre Villepreux, Pierre Albaladejo, Mathieu Bastareaud, Carl Hayman, Mathieu Blin, Michel MarfaingRobin Tchale Watchou

Extrait :
Extrait du documentaire Du rugby à tout prix

Un documentaire de 52 minutes écrit par Gilles Rof et Christophe Vindis,
Réalisé par Christophe Vindis

Initié par France 3 Midi-Pyrénées
Produit par 13 Productions
Avec la participation de France 3 Télévisions


Diffusion sur France 3 Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon le samedi 3 octobre 2015 vers 15h25
Diffusion sur France 3 Aquitaine et Provence Alpes Côte d'Azur le samedi 3 octobre 2015 vers 15h25
Diffusion sur l'antenne nationale de France 3 le lundi soir 2 novembre 2015 vers 23h30
Diffusion sur France 3 Limousin et Poitou-Charentes le mardi 6 octobre 2015 vers 8h50
Rediffusion sur France 3 Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon, Aquitaine le mardi 6 octobre 2015  vers 8h50.
Rediffusion sur France 3 Provence Alpes Côte d'Azur le jeudi 15 octobre 2015 vers 8h50
Rediffusion sur France 3 Midi-Pyrénées et languedoc-Roussillon le lundi soir 29 février 2016, après Soir 3
Rediffusion sur France 3 Occitanie le 25 janvier 2017 vers minuit


En 1995, sous la pression d’un magnat australien des médias, Rupert Murdoch, le rugby devient professionnel. «Vendu », l’espace d’un été, aux marchands du Temple. Le séisme est mondial.

Depuis, aucun autre sport collectif n’a autant changé, et à une telle vitesse. Le corps des joueurs s’est métamorphosé. Le jeu est devenu plus rapide, plus dur, plus puissant car les règles ont été adaptées pour le spectacle télévisé.

Au centre de formation du Stade Toulouain / © 13 Productions
Au centre de formation du Stade Toulouain / © 13 Productions

Dans le vocabulaire, on parle désormais davantage de contrats, agents de joueurs, SASP (société anonyme sportive professionnelle), syndicats, sponsors, droits télé, musculation, diététique, dopage…que de passes croisées ou de coups de pied de recentrage ! 


L’argent, peu visible jusqu’alors, était diabolisé dans «ce sport de voyous joué par des gentlemen», pour qui l’amateurisme servait de fraternité. Il a fait une entrée fracassante dans la vie quotidienne des clubs et des pratiquants.

Mais l’essentiel du rugby a-t-il vraiment changé ?


Avant Match dans les vestiaires de l'ES Baronnies / © 13 Productions
Avant Match dans les vestiaires de l'ES Baronnies / © 13 Productions

Les valeurs qui conduisent à la victoire ne sont-elles pas toujours la solidarité, le sens du collectif, l’engagement, le courage, l’audace, mots qui constituent encore les bases des grandes aventures collectives ?


Elles font référence jusque dans le management des ressources humaines qui aime ce sport sympa et bon vivant.

Pour accompagner cette histoire d’une révolution, deux grands témoins, symboliques : Mourad Boudjellal et Henry Broncan.

Henry Broncan et Mourad Boudjellal / © 13 Productions
Henry Broncan et Mourad Boudjellal / © 13 Productions

Le premier, président du Rugby Club Toulonnais après avoir fait fortune dans la bande dessinée, a bousculé ce sport en France depuis son arrivée au début des années 2000. Il en a changé les règles économiques et l’approche médiatique.

Le second, entraîneur et formateur, est le dernier Mohican, attaché à la transmission et aux hommes, qui porte en étendard l’esprit de résistance à un ordre nouveau. Et si tout semble opposer les deux hommes, une chose essentielle les réunit : l’amour dévorant qu’ils portent au rugby.

D’autres personnalités comme les anciens joueurs Pierre Villepreux et Pierre Albaladejo, les internationaux Mathieu Bastareaud et Carl Hayman, témoignent de la mutation intervenue dans le secteur professionnel.

Henry Broncan au stade Mayol / © 13 productions
Henry Broncan au stade Mayol / © 13 productions

La face émergée de la Planète Rugby qui coexiste toujours avec le rugby traditionnel des clochers et villages.

Jour de match à l'ES Baronnies / © 13 Productions
Jour de match à l'ES Baronnies / © 13 Productions


Paroles de réalisateur, Christophe Vindis

 

"Je n'oublierais jamais l'avant-match de la finale régionale "honneur" qui opposait au Stade Mayol le Rugby Club de la Vallée du Gapeau au club voisin de La Valette.

Dans les vestiaires, avant le match l'émotion était à son paroxysme, Carl Hayman (Pilier champion du Monde avec les All Blacks et capitaine du RC Toulon qui entraine à ses heures perdues ce petit club), prévient ses joueurs en français avec son accent néozélandais :

"Attention les gars, une finale ça se gagne sur la discipline, pas de carton, si on prend un carton jaune, on ne pourra pas gagner!".

A la fin du match, les joueurs du Gapeau avaient récolté 2 cartons rouges et 4 cartons jaunes, terminant la rencontre à treize. Ils gagnèrent quand même la finale et purent lever le bouclier.

Christophe Vindis / © DR
Christophe Vindis / © DR


Le réalisateur Christophe Vindis, originaire d’Agen, vit à Toulouse. Le rugby n’a plus de secrets pour lui ! C’est un grand spécialiste et un amoureux du ballon ovale.

Réalisateur engagé, on retrouve toujours une dimension sociale, culturelle et profondément humaine dans ses documentaires.

Avec sa caméra, il a parcouru et sillonné les routes de nombreuses terres d’ovalie dont la Nouvelle Zélande, l’Australie, les îles Tonga, l’Argentine, l’Irlande…On pense notamment à sa série « du rugby et des hommes », « Fono et ses frères », « Dos mundos y une bicicleta » tourné en Argentine, dans un quartier des plus pauvres de Buenos Aires, qui a reçu le prix de l’ovale d’or en 2015 lors du festival Rugb’images (Tarn).







 





"Essai clinique sauvage" : plutôt une "étude scientifique" pour Henri Joyeux