occitanie
Choisir une région

La France en vrai

Le lundi soir vers 23h. Un mercredi par mois après Enquêtes de région.
Logo de l'émission La France en vrai

REPLAY. Mathilde ou la difficulté d'être soi lorsqu'on est en surpoids

Mathilde / © Les Films du Carry
Mathilde / © Les Films du Carry

Mathilde a 25 ans. Elle est en surpoids. Depuis toujours, tout le monde l'appelle Boubou. L'épreuve de la perte de sa mère a transformé son corps. Ce corps, elle le déteste. Grâce à la relation-miroir qu'elle noue avec la réalisatrice, Mathilde nous ouvre la porte de son intimité et se confie...

Par Guiseppin Marie-France

Revoir le film

Mathilde, un documentaire de Marie Cavaillès
Mathilde a 25 ans. Depuis toujours, tout le monde l’appelle « Boubou ». C’est sa mère qui lui a donné ce surnom. Depuis qu’elle a disparu, Boubou sent qu’elle a cherché à garder une trace d’elle, à s’en rapprocher autant que possible, malgré l’absence. Elle a fini par lui ressembler et en quelques années, Mathilde a pris plusieurs kilos...

Dans le film, Mathilde est le double de Marie, la réalisatrice. Les deux jeunes femmes partagent un même rapport au corps. Celui qui encombre et qui empêche.

Mathilde est en surpoids, Marie, elle, l’a été jusqu’à ses 20 ans. Aujourd'hui, les blessures qui l’ont construites, n’ont pas disparues avec les kilos. Toutes les deux connaissent les souffrances engendrées par le regard des autres. Un regard formaté par l'image des canons de beauté que véhicule notre société.

Dans ce film, Mathilde donne son image à Marie qui, elle, lui offre son regard.

Une belle façon pour les deux jeunes femmes, de faire un bout de chemin ensemble et d'avancer vers une réappropriation de leur image et un temps d’apaisement...

Mathilde
Un film de Marie Cavaillès

Une production Les films du Carry
Avec la participation de France 3 Occitanie (France Télévisions) et Tënk

Diffusion sur France 3 Occitanie, le lundi 11 mai 2020, à 23h10
Mathilde / © Les Films du Carry
Mathilde / © Les Films du Carry

L'élément eau dans le film...

L’eau a tout de suite été très présente dans l’écriture de mon film, car la deuxième fois que j’ai rencontré Boubou pour la filmer, elle m’a fait la rejoindre en Sicile sur le voilier de son père, sur une petite île pas très fréquentée, dans les criques de laquelle ils aiment tous les deux se réfugier et plonger. J’ai pu observer à quel point Boubou est à l’aise sur l’eau (sur le bateau) et sous l’eau, et que c’est l’élément avec lequel elle oublie le plus son corps. Mais tout cela hors des plages bondées touristiques qui sont, pour toute personne mal à l’aise avec son image, l’anti-chambre des enfers !

J’avais aussi pour l’eau, l’idée de ce flux sanguin qui se forme à nos oreilles dans les moments de stress intense, je voulais les signifier au son, par un son aquatique qui puisse s’imposer même dans les moments extérieurs et pourquoi pas en pleine ville, faire sentir qu’à tout moment cette pensée de « je déteste mon image », peut vous assaillir quand vous êtes en souffrance par rapport à votre corps.
 
Marie et Mathilde / © Les Films du Carry
Marie et Mathilde / © Les Films du Carry

Marie Cavaillès, auteur et réalisatrice du film 

Après des études littéraires, Marie Cavaillès termine en 2016, l'Ecole Nationale Supérieure d'Audiovisuel de Toulouse, où elle a étudié l'image dans le cadre d'un Master de création audiovisuel. Au cours de celui-ci, elle réalise au Kosovo, « Le chant des merles », et « Avril Zero Un », en Ukraine. Tous deux interrogent la place de la jeunesse dans des pays d’exblocs communistes, en reconstruction. Elle retourne ensuite au Kosovo filmer dans les anciennes mines yougoslaves, dans la partie toujours en activité, "Me Fat".

En 2017, elle intègre le master réalisation de Lussas où elle commence ce projet de documentaire « Mathilde ». Il s’achève début 2020.

En 2019, Marie réalise également une pièce sonore, "Béluga", avec la RTBF. Celle-ci fait le récit du premier voyage d'une jeune femme, Ulysse, en Biélorussie, une des dernières dictatures d'Europe. Ce récit sonore est la première étape d’une future réalisation documentaire.