occitanie
Choisir une région

Enquêtes de région

Un mercredi par mois en seconde partie de soirée
Logo de l'émission Enquêtes de région

Le loup dans la bergerie lozérienne et la vache Aubrac

La vache "Aubrac" / © MaxPPP
La vache "Aubrac" / © MaxPPP

Dans ce numéro Enquêtes de Région va à la rencontre d'éleveurs. Eleveurs de brebis en Lozère inquiets face au loup qui menace les troupeaux. Eleveurs de vache Aubrac qui se battent pour défendre une filière de qualité en pleine crise de la viande bovine. Mercredi 2 novembre à 23h20.

Par Isabelle Petit-Felix

Revoir l'émission

Le Loup dans la bergerie Lozérienne

Après un silence d’un peu plus d’un siècle, le loup est de retour en France. Il y a une vingtaine d’années, le grand prédateur s’est installé dans les Alpes. En deux décennies, cet animal strictement protégé par deux textes internationaux, la convention de Berne et la directive habitat, a gagné beaucoup de terrain.
Une trentaine de départements sont concernés. On estime que la population croit de 20 % chaque année pour atteindre un chiffre controversé de 300 à 600 loups aujourd’hui. En 2015, ce sont près de 9000 brebis qui en ont fait les frais en France. Principalement dans les Alpes, mais aussi en Lozère, en Aveyron, dans l’Aude et les Pyrénées Orientales.

Depuis 2006, le loup est de retour dans la région, majoritairement en Lozère. Le nombre d’attaques et de brebis tuées ne cessent de croitre depuis. Une colonisation rejetée en bloc par les éleveurs ovins du Sud du Massif Central. De la FNSEA à la Confédération Paysanne en passant par les groupements pastoraux, tous montrent les crocs contre le retour du loup.

Alors, les éleveurs de la région en font-ils trop ? Peut-être pas. Car se protéger contre ce super prédateur consiste schématiquement à enfermer les troupeaux. Une mise en cause radicale de l’agropastoralisme local, garant de la qualité de la filière, de son équilibre économique fragile et des paysages des Grands Causses classés à l’Unesco.
Loup sur le plateau de l'Aubrac le 8 août 2016 entre le col de Bonnecombe et le massif de la Blatte / © FDC 48
Loup sur le plateau de l'Aubrac le 8 août 2016 entre le col de Bonnecombe et le massif de la Blatte / © FDC 48

Nous avons choisi de donner la parole à cette minorité rurale qui subit de plein fouet la volonté d’une majorité citadine de Français favorable au loup. Pour comprendre leurs inquiétudes, pour mesurer l’impact « psycho-social » de ce retour sur leur vie quotidienne et pour entendre les arguments de cette minorité de Français qui vie réellement avec le loup.

Nous avons accompagné les bergers des groupements pastoraux dans le Bougès, les éleveurs « Roquefort » sur le Causse Méjean, les éleveurs « Elovel » de Prévenchères et sommes allés voir dans les Alpes Maritimes l’épicentre de la colonisation.

Un reportage de S. Banus, Y. Le Teurnier, F.Riuaro, L.Daudet et A.Vaillant

Invités
Michel MEURET, écologue et zootechnicien à l'INRA Montpellier
Sylvain MACCHI, responsable Zootechnique au parc des Loups du Gévaudan


La race Aubrac : une vache sacrée !

Le plateau de l’Aubrac, ses terres, son climat, ses paysages à perte de vue et son identité. La vache Aubrac y pâture depuis le 18ème siècle grâce au travail d’élevage des religieux du monastère du village d’Aubrac. A partir des années 1930, le cheptel diminue, la vache est peu à peu remplacée par les tracteurs. Les éleveurs lui préfèrent d’autres races. Dans les années 60, des croisements hasardeux et mal maîtrisés précipitent sa fin. Dans les années 1970, certains éleveurs passionnés prennent conscience que la race va s’éteindre, l’élevage est relancé.

Depuis, les éleveurs d’Aubrac s’engagent dans une filière de qualité. La sélection des bêtes s’est professionnalisée. Le marché de la vache Aubrac est surtout dirigé vers l’Italie. En France, les plus belles bêtes sont abattues pour les clients gourmets parisiens. Cette année, la vache Aubrac célèbre ses 20 ans de Label Rouge. 464 éleveurs respectent la charte imposée par ce label.
Mais en pleine crise de la viande bovine, comment s’en sortent ces éleveurs ? Sont-ils favorisés ? Arrivent-ils à limiter la concurrence européenne ? Quelles sont leurs inquiétudes ? Est-ce facile de faire de la qualité ?

Un reportage de Julie Valin, J.Levé, P.Barguisseau et P.Dick
 Une vache de race Aubrac nourrit son veau au salon de l'agriculture 2016 / © MAXPPP
Une vache de race Aubrac nourrit son veau au salon de l'agriculture 2016 / © MAXPPP

Invité
Nicolas BATIFOL, éleveur de vache Aubrac sur la commune du Buisson, dans le département de la Lozère.
André VALADIER, fondateur et ancien président de la Coopérative Jeune Montagne


Une émission diffusée mercredi 2 novembre vers 23 h 20 après le soir 3 sur France 3 Midi-Pyrénées et France 3 Languedoc-Roussillon
Présentée par Anne-Sophie Mandrou et Fabrice Goll
Réalisée par Daniel Call

A lire aussi