• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Enquêtes de région

Logo de l'émission Enquêtes de région

Quel avenir pour l’agriculture?

Anne-Sophie Mandrou et Fabrice Goll sur le plateau de l'Aubrac pour l'émission Enquêtes de Région. / © Emmanuelle Bretaud
Anne-Sophie Mandrou et Fabrice Goll sur le plateau de l'Aubrac pour l'émission Enquêtes de Région. / © Emmanuelle Bretaud

Pour ce numéro consacré au monde agricole, Enquêtes de Régions est allé à la rencontre des membres de l'association Terre de liens en Languedoc-Roussillon et chez les éleveurs bovins et producteurs de lait dans le Tarn et l’Aveyron en Midi-Pyrénées. Mercredi 16 septembre après le soir 3.

Par Isabelle Petit-Felix

Revoir l'émission

Enquêtes de Régions : Quel avenir pour l'agriculture ?



Campagne solidaire

L'association Terre de Liens lutte pour le maintient des fermes existantes et aide à l'installation des nouveaux agriculteurs. Créée en 2003, elle rassemble quelques dix mille citoyens qui luttent contre la disparition des terres agricoles. Grâce à ce mouvement, 150 agriculteurs ont pu s'installer et une centaine de fermes ont été sauvées en France. L'association a fort à faire en Languedoc Roussillon, région où le prix du foncier a augmenté de plus de 12 % ces dix dernières années et où le nombre d'installations agricoles a chuté de moitié en 30 ans. 
Luz en train de fabriquer son fromage au lait de vache à Galinagues dans l'Aude. Enquêtes de Régions septembre 2015 sur France 3. / © France 3 LR
Luz en train de fabriquer son fromage au lait de vache à Galinagues dans l'Aude. Enquêtes de Régions septembre 2015 sur France 3. / © France 3 LR
Nous nous sommes rendus dans deux fermes acquises par l'Association : l'une dans l'Aude, sur le plateau de Sault, dans le petit village de Galinagues où Jeanine, une agricultrice en retraite accompagne sur le plan technique des gens qui veulent se lancer dans le maraîchage, l’élevage ou la boulangerie.
Nous y avons rencontré, entre autres, Valentin et Luz, jeune couple qui, depuis deux ans, loue le troupeau de vaches de Jeannine.
Dans cette ferme pas comme les autres, ils peuvent tester leur projet agricole sans avoir à supporter les frais d’installation ni l’achat de la terre. Ils ont un statut de salarié assimilé et sont payés en fonction de leur propre production. 
Au bout de trois ans maximum, ils pourront décider de continuer dans cette voie, de s’installer ou de jeter l’éponge. Bon nombre de ces nouveaux paysans n'ont pas les moyens d'acheter la terre et vont louer leur ferme à l’association Terre de Liens. C’est la seule solution pour ceux qui n’ont pas eu la chance d’hériter d’une exploitation familiale.
Valentin et sa vachette, éleveur à Galinagues dans l'Aude. Enquêtes de Régions septembre 2015 sur France 3. / © France 3 LR
Valentin et sa vachette, éleveur à Galinagues dans l'Aude. Enquêtes de Régions septembre 2015 sur France 3. / © France 3 LR
Louer la terre et la ferme, c'est aussi ce qui a permis à Laurie et Jean Marc Petit de poursuivre leur activité d'éleveurs de moutons sans avoir à s'endetter à Auzillargues dans les Cévennes. 
Quand l’heure de la retraite a sonné pour leurs associés et propriétaires des lieux, ils ont fait appel à l’association Terre de liens. Début 2015, ils sont devenus locataires de la foncière Terre de Liens : une société créée par l’association et financée par de simples citoyens.
Nous avons rencontré ces actionnaires mimitants : un couple de retraités cévenols qui voulait sauver la ferme d’Auzillargues.
Terre de liens ne soutient que les exploitations qui travaillent en bio, comme celle de Jean Marc et Laurie Petit. Si leur fromage de brebis se vendent bien, leur production reste modeste, tout comme leur niveau de vie, un choix assumé.

Un reportage d’I Bris, A Ployart et L Schraïbi

Invités sur le plateau
Laurence Barthe, maître de conférences en Géographie à l'Université Toulouse II du Mirail et membre du laboratoire Dynamiques rurales 
Sébastien Bras, chef 3 étoiles au guide Michelin à Laguiole et ambassadeur de l'Aubrac


La colère est dans le pré

La filière de l'élevage bovin est touchée de plein fouet par la crise. En cause, notamment les prix de la grande distribution. Cet été le ministre de l'agriculture, Stéphane Le Foll, annonçait  le chiffre de 10 % des exploitations françaises, pouvant mettre la clé sous la porte dans les prochains mois. Nous sommes allés à la rencontre d'un producteur de lait dans l'Aveyron. Daniel Edmond est un petit éleveur qui fait face à une période difficile financièrement et qui remet en cause ses choix professionnels comme personnels.

En 10 ans, un tiers des exploitations laitières ont fermé en France. Un chiffre qui atteint les 50 % dans le Sud-Ouest. De plus en plus d'enfants d'éleveurs refusent de reprendre l'exploitation familiale. Ceux qui ont accepté font aujourd'hui face à la fin des quotas européens et à des investissements de plus en plus lourds. Nous avons rencontré l'un d'entre eux. Nicolas Bellières, 21 ans, s'est installé aux côtés de son père en 2014 au sein de l'exploitation familiale dans le Tarn avec plein d'ambitions. Il envisage déjà d'abandonner l'activité laitière.
La filière bovine française face à la sortie des quotas laitiers
Elevage bovin dans le sud-ouest. Enquête de Régions septembre 2015 sur France 3. / © Sylvain Duchampt
Elevage bovin dans le sud-ouest. Enquête de Régions septembre 2015 sur France 3. / © Sylvain Duchampt

La production de viande bovine est l'autre filière durement impactée par la crise agricole. Cours bas des viandes, effritement des exportations vers l’Italie, embargo russe, baisse drastique du cours des céréales, renforcement des normes environnementales entraînent ces exploitations dans des situations difficiles. Francis Rouquette, dans le Tarn, est l'un d'entre eux. Cet éleveur de vaches limousines passionné par son métier est touché par la morosité économique et l'accumulation de la réglementation. Il fait pourtant face ne laissant rien paraître de ses difficultés.
Rapport de situation et de propositions sur la filière bovins viande

Et puis, il y a aussi ceux qui produisent de la viande de boeuf, vendent à la grande distribution et ne sont pourtant pas impactés par la crise. Eux, ce sont les éleveurs de label ou de signes de qualité. En 2013, ils représentaient à peine 3 % de la viande produite en France. Parmi eux, Patrick Gairarde près de Cordes sur Ciel dans le Tarn. Eleveur de label rouge de veaux de l'Aveyron et du Segala, il arrive aujourd'hui à vivre correctement de son métier et à s'accorder des vacances et du temps libre, comme tout le monde.
Reportage de S Duchampt ,  N. Bonduelle, E Fillion et E. Ducau

Invités sur le plateau
Dominique Fayel, secrétaire général adjoint de la FNB & président FDSEA 12

Jérôme Pignol, éleveur bovin & membre de l’association « Fleur d’Aubrac »


Une émission présentée par Anne-Sophie Mandrou et Fabrice Goll
Produit par France 3 Midi-Pyrénées et France 3 Languedoc-Roussillon
Réalisée par Daniel Call
Diffusée mercredi 16 septembre après le soir 3 aux alentours de 23h15 
sur France 3 Midi-Pyrénées et France 3 Languedoc-Roussillon
Enregistrée sur le plateau de l'Aubrac
L'étang de Bonnecombe en Lozère. Enquêtes de Régions septembre 2015. / © Frédérique Bertelet
L'étang de Bonnecombe en Lozère. Enquêtes de Régions septembre 2015. / © Frédérique Bertelet

 

Hérault : l'école de Montblanc près de Béziers occupée par des parents d'élèves