occitanie
Choisir une région

Rugby Magazine

Le samedi à 12.05  
Logo de l'émission Rugby Magazine

Zoom sur le championnat de Fédérale 1 dans Rugby Magazine samedi à 12h05

Lavaur / Bourgoin Jailleu / © MaxPPP
Lavaur / Bourgoin Jailleu / © MaxPPP

Pour le deuxième numéro de la saison, Rugby Magazine, fait un zoom sur le rugby amateur. Le calendrier, les difficultés financières des clubs, l'indisponibilité des joueurs qui cumulent sport et travail sont des freins au développement du championnat.

Par Emmanuelle Gayet

Revoir l'émission

Après une rentrée dans l'actualité du TOP 14, les équipes du Rugby Magazine s'intéressent ce samedi au championnat amateur de Fédérale 1. Ce rugby est à la peine. Les difficultés s'accumulent pour les clubs comme pour les joueurs.
Avec le président du club tarnais de Lavaur, Alexandre Martinez nous évoquerons le calendrier "presque" intenable de la compétition.
Un dossier sur le nouveau fonctionnement de la poule élite pour sera proposé par le journaliste Didier Laguerre. Pour tout comprendre, il est allé à Auch. Les Gersois ont pour ambition de retrouver très vite la Pro D2.

Philippe Dintrans, joueur emblématique de Tarbes dans les années 80, capitaine et joueur du XV de France a accepté l'invitation de Karine Deroche pour la séquence "L'entretien". Son club de coeur, qu"il porte à bras le corps vient de redescendre en Fédérale 1 en raison d'importantes difficultés financières. Mais Philippe Dintrans ne compte pas en rester là. Il met tout en oeuvre pour ramener le Tarbes Pyrénées Rugby au niveau supérieur.

Puis, nous irons à Nîmes. On va s'intéresser à la façon dont le club gère les déplacements pour des matchs parfois à l’autre bout de la France. En effet, la composition des poules de la fédérale 1 pose soucis. C’est le cas pour Nîmes. Par le passé, ce club a connu des difficultés financières avec, pour sanction, une rétrogradation en fédérale 3. Depuis, une nouvelle équipe dirigeante travaille pour le reconstruire. Plan de redressement judiciaire sur 7 ans, réduction de la dette. Aujourd’hui, cela va mieux avec deux montées, même si l’an dernier, gagnée sur le terrain, la montée en fédérale 1 a été retoquée par la DNCG.
Le club avance donc avec prudence et vise le maintien. Mais les dirigeants regrettent des déplacements à Macon, Dijon ou encore Strasbourg. Des voyages qui grèvent le budget du club. Par exemple, le match à Strasbourg va coûter à lui seul entre 12 et 15 000 euros. L’effectif, lui, fait avec et est plutôt content de retrouver l’élite amateur.