Aquí Sem

Logo de l'émission Aquí Sem

Photojournalisme à Perpignan : portrait et témoignages de photoreporters dans Aquí sem

Júlià Taurinyà présente Aquí sem à Perpignan à l'occasion du Festival Visa pour l'Image / © fred savineau
Júlià Taurinyà présente Aquí sem à Perpignan à l'occasion du Festival Visa pour l'Image / © fred savineau

A l'occasion du Festival de photojournalisme Visa pour l'Image à Perpignan, l'équipe d'Aquí sem s'intéresse au métier de photoreporter avec un invité, Georges Bartoli, Visa d'or en 1995 et originaire de Catalogne Nord. Rendez-vous dimanche 16 septembre à 10h45.

Par Céline Llambrich

Revoir l'émission

A l'occasion du Festival de Photojournalisme à Perpignan, Aquí sem s'intéresse au métier de photoreporter. Georges Bartoli, Visa d'Or en 1995 pour un reportage sur le siège de Sarajevo, est l'invité de cette émission. Il expose ses photos sur le processus d'Indépendance en Catalogne à Perpignan, en marge de Visa pour l'Image.
 
George Bartoli devant ses photos réalisées l'an dernier lors des événements en Catalogne. / © fred savineau
George Bartoli devant ses photos réalisées l'an dernier lors des événements en Catalogne. / © fred savineau

Jordi Borràs est également photojournaliste et vit à Barcelone. Il a enquêté et enquête encore dans les milieux  d'extrême-droite en Catalogne. Suite à ses reportages, Jordi Borràs a reçu plusieurs menaces de mort. Aujourd'hui, il n'emprunte plus les transports publics mais continue son métier de photoreporter. Júlià Taurinyà et Frédéric Savineau l'ont rencontré lors des manifestations de taxi, cet été, à Barcelone.
Jordi Borràs en pleine manifestation des chauffeurs de taxi à Barcelone au mois de juillet dernier / © fred savineau
Jordi Borràs en pleine manifestation des chauffeurs de taxi à Barcelone au mois de juillet dernier / © fred savineau

Sem Art est la chronique d'Aquí sem dédiée aux oeuvres d'art. Le défi d'Eric Forcada, historien de l'art, est de nous présenter en 100 secondes, une oeuvre. Cette semaine, il évoquera cette peinture de Pere Creixams, intitulée l'Exode.
L'Exode de Pere Creixams, peint en 1939 / © eric forcada
L'Exode de Pere Creixams, peint en 1939 / © eric forcada

A lire aussi

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat