occitanie
Choisir une région

Viure al País

Le dimanche à 10.50 et le mercredi à 10.00
Logo de l'émission Viure al País

Plongée dans les “traditions”, dimanche 8 septembre dans Viure al pais

© Mickaël T
© Mickaël T

Pour la dernière émission des rediffusions de l'été, Viure al pais s'intéresse aux traditions. Du patrimoine au pastoralisme en passant par la chanson, trois façons de re-découvrir les traditions.

Par Emmanuelle Gayet

PATRIMÒNI : Las caucinas Graulhetonas
De Clément Alet et Denis Hémardinquer 

Le long du Dadou, à Graulhet (81), elles sont immanquables. Hautes, en pierre ou en brique, généralement dotées de plusieurs étages que l’on nomme galetas, il s’agit bien sûr des mégisseries : ces vastes bâtiments qui ont fait la gloire de cette petite ville du Tarn, un temps baptisée « capitale mondiale du Cuir ». Dans ces bâtisses géantes, des générations de Graulhetons ont travaillé, tanné, teint des peaux de toutes sortes… Aujourd’hui encore, une quinzaine de mégisseries fonctionnent et emploient près de 350 personnes. Mais la plupart des mégisseries qui longent le Dadou sont aujourd’hui à l’abandon. Un patrimoine industriel tout aussi embarrassant que séduisant. Artistes, école du cirque, entrepreneurs,  particuliers, ont su investir l’espace et les volumes. Avec 1700 m² sur deux niveaux, la médiathèque de Graulhet est aujourd’hui l’exemple de réhabilitation le plus réussi et intégré dans une ancienne mégisserie. Mais l’avenir de cet énorme patrimoine industriel est à venir car il reste sur la commune de Graulhet, près de 170 friches, anciennes  « cauçinas », comme on le dit en occitan.

MONDE PAISAN : « Amontanhatge en Bigòrra  »
D’Aymeric Jonard et Hugo Chapelon 

Suivant les termes du traité de Bayonne, les éleveurs d’Aragon ont l’autorisation de faire paître leurs troupeaux en haute Bigorre qui bénéficie d’un climat plus tempéré. Chaque 24 juillet, entre 700 et 1500 bovins traversent le col de la Bernatoire pour passer deux mois dans les estives bigourdanes. Les anciennes rivalités entre français et espagnols ont disparu depuis la diminution du cheptel des deux côtés de la frontière. De nos jours, l’enjeu est plutôt la conservation du pastoralisme de montagne qui se maintient difficilement des deux côtés de la frontière.

CANTA : « Canta se Gausas  »
De  Denis Salles et Didier Bonnet 

Cela se passe deux fois par an, tour à tour en Bigorre et en Béarn : « Canta se gausas » est une soirée de chant lors de laquelle les participants sont tirés au sort pour former des trios inédits. L'objectif est de bousculer les habitudes et de faire vivre cette tradition pyrénéenne qu'est le chant polyphonique. Nous découvrons l'une des éditions de cette soirée, à Bedous, dans le cadre magnifique de la vallée d'Aspe...