Alès : une marche en hommage à Marie-Bélen, étudiante tuée pour son téléphone portable

Elle aurait eu 22 ans, ce vendredi 4 octobre. À Alès, une marche était organisée samedi en hommage à Marie-Bélen, l'étudiante alésienne tuée en mars dernier dans une station de métro de Marseille pour son téléphone portable.

L'étudiante mortellement poignardée à Marseille en mars dernier était originaire d'Alès
L'étudiante mortellement poignardée à Marseille en mars dernier était originaire d'Alès © Christelle Nicolas / FTV
Une marche a eu lieu ce samedi 5 octobre à Alès, dans le Gard, pour honorer la mémoire de Marie-Bélen Pisano, étudiante à Aix-en-Provence et originaire d'Alès, tuée le 17 mars dernier pour son téléphone portable.

Elle avait été mortellement poignardée à la station de métro Timone, à Marseille. Une marche avait déjà été organisée en son souvenir à Marseille, le 15 avril.
 
Un vibrant hommage  a été rendu à Marie-Bélen, étudiante à l'université d'Aix-en-Provence, sa mère a pris la parole.
Un vibrant hommage a été rendu à Marie-Bélen, étudiante à l'université d'Aix-en-Provence, sa mère a pris la parole. © DR

La jeune femme aurait eu 22 ans, vendredi 4 octobre. Alors, ce samedi, sa famille et leurs soutiens se sont donnés rendez-vous à 10 heures devant la sous-préfecture. Environ 200 personnes lui ont rendu hommage.

"La joie de Marie-Bélen, ses rêves, ses luttes, et ses convictions, continuent à battre dans nos coeurs", a déclaré Gisèle Pisano, sa mère, à la foule.
 
Rassemblement ce samedi à Alès pour Marie Bélen et contre les féminicides
Rassemblement ce samedi à Alès pour Marie Bélen et contre les féminicides © Christelle Nicolas / FTV

Elle dénonce ce qui est arrivé à sa fille, un féminicide qui s'ajoute à la longue liste des femmes qui ont été tuées parce que ce sont des femmes en France depuis le début de l'année. 

Ca nous paraît important de défendre la cause des femmes. C'est un féminicide. En France, on est en retard par rapport aux autres pays par rapport à la définition du féminicide. C'est le meurtre d'une personne parce que c'est une fille. Le meurtrier a choisi une fille.
- Gisèle Pisano, mère de Marie Bélen

Un suspect de 17 ans, confondu par son ADN sur les vêtements de Marie-Bélen, avait été arrêté et écroué le 3 juin dernier. Il nie toujours les faits.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
féminicide société femmes faits divers manifestation violence police sécurité marche blanche hommage