Meurtre de Merouan à Alès : un mineur présenté au juge et une information judiciaire pour assassinat ouverte

Publié le Mis à jour le
Écrit par Fabrice Dubault .

Après 48 heures de garde à vue au commissariat de Nîmes, un jeune de 17 ans a été présenté ce mercredi à un juge d'instruction qui a ouvert une information judiciaire pour assassinat. Le mineur est suspecté du meurtre de Merouan, 23 ans, d'une balle dans la gorge, le 31 octobre dernier à Alès.

Le jeune homme mineur, en garde à vue depuis lundi, dans le cadre du meurtre de Merouan à Alès, a été présenté à un juge d'instruction ce mercredi. Il est accusé d'être l'auteur du coup de feu qui a coûté la vie à la victime, âgée de 23 ans et père de 2 fillettes.

C'était le 31 octobre dernier, vers 21h30, dans le quartier des Prés Saint-Jean. Le meurtrier avait ensuite pris la fuite.

Un mineur s'est rendu à la police

Le suspect est né en 2005, il vit dans le quartier des Cévennes à Alès et est déjà connu de la police et de la justice pour vols et trafic de drogue.

Il s'est rendu à la police lundi 7 novembre. Il aurait avoué être l'auteur du crime aux enquêteurs de la police judiciaire au commissariat de Nîmes. Un différend amoureux pourrait être à l'origine du drame.

Le Parquet a ouvert une information judiciaire pour assassinat.

Une marche blanche a réuni 500 personnes

Plusieurs centaines de personnes ont défilé en hommage à Merouan, le 7 novembre, à Alès, dans le calme, à l'appel de la famille du jeune homme de 23 ans, abattu le 31 octobre au soir.

Atteint d'une balle de carabine à la gorge, il n'a pas survécu. Il est mort lors de son transfert au centre hospitalier d'Alès.

"On devait partir avec les enfants à une fête d'Halloween. Il est parti et il n'est plus jamais revenu", témoigne, en larmes, Malicia la sœur de Merouan.

Un autre hommage sera rendu au jeune homme, ce dimanche, à La Grand-Combe par son club de foot.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité