Assises du Gard : la parole est aux accusés

Scellés et dossiers du procès de Fabrice Autrand et Mourad Bouabiba - 7 mars 2017 / © F3 LR
Scellés et dossiers du procès de Fabrice Autrand et Mourad Bouabiba - 7 mars 2017 / © F3 LR

3ème et dernier jour d'audience à Nîmes : Fabrice Autrand, accusé d'avoir commandité l'assassinat de son ex-compagne, a exposé ce mardi matin sa version des faits.

Par C.A avec AFP

Ce mardi matin, ce sont les 2 co-accusés qui sont entendus sur les faits par la cour d'assises du Gard.

Fabrice Autrand a reconnu les faits lors de sa garde à vue et a maintenu ses aveux lors du procès. Il a expliqué qu'il avait contacté Mourad Bouabida, soupçonné par la Justice d'être le tireur mais qui, lui, nie les faits.

Il m'a dit qu'il connaissait deux gars qui n'étaient pas de la région. Il n'a jamais été question que ce soit Mourad Bouabida qui agisse. Je sais qu'il ne voit rien.

Il a présenté ses excuses et dit ses regrets à son ex-compagne. 

Compte rendu de la 3ème matinée d'audience Cécile banasik et Lucien Thélu :
 

Assises du Gard : l'accusé regrette son geste
compte-rendu de l'audience du mardi 7 mars au matin : la parole est aux accusés. Récit de Cécile Banasik et lucien Thélu - F3 LR

Hier, les jurés ont entendu le récit poignant de la victime, toujours très marquée physiquement et psychologiquement par la tentative d'assassinat dont elle a été victime en 2013.

La famille de Fabrice Autrand a également été entendue. Le frère cadet de l'accusé a évoqué une mère "toxique" pour ses fils et leurs couples respectifs.
Une mère dont il "vaut mieux être loin que proche", a dit cet homme qui a fait toute sa carrière dans des contrées lointaines pour échapper à cette "emprise".

A la barre, Geneviève Autrand, 67 ans, est apparue en total décalage avec la gravité des faits et s'est attirée de nombreux rappels à l'ordre de la présidente, tandis que l'accusé se tenait la tête entre les mains, l'air accablé.

"Chacun est responsable de ses actes", a-t-elle notamment répondu sèchement alors qu'elle était interrogée sur son éventuelle responsabilité morale dans le passage à l'acte de son fils. "Je pense qu'il a été un peu manipulé par Rachel", a-t-elle ajouté dans une énième attaque contre son ex-belle-fille, qu'elle n'a pas hésité à qualifier d'"ex-go-go dancer" alors que la jeune femme était assistante médicale.

Le couple des parents Autrand, bousculé par l'avocat général et l'avocat de la défense, a semblé découvrir à la barre que leurs deux fils ne supportaient pas les "remarques infantilisantes" de leur mère. Le fils cadet a notamment expliqué que son frère continuait à lui répéter comme un enfant alors qu'il était en détention: "Surtout, ne le dis pas à maman !".

Le 7 avril, au lendemain de la tentative d'assassinat, Mme Autrand avait convoqué une réunion familiale "d'explication", que son fils redoutait. "Peut-être s'est-il affolé", a concédé le père de l'accusé, ancien commissaire de police.

Mourad Bouabiba, 47 ans, soupçonné d'être le tireur, est jugé pour tentative d'assassinat.

Les deux hommes sont passibles de la réclusion criminelle à perpétuité. 

Réquisitions et plaidoiries ce mardi 7 mars après-midi. Le verdict est attendu ce soir.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus