Les salariés de l’entreprise de ciments Calcia en Ardèche bloquent l’usine de Beaucaire

Une cinquantaine de salariés de l'usine de ciments Calcia, à Cruas en Ardèche, sont venus bloquer le site de Beaucaire. Ils dénoncent un plan de restructuration qui entraînerait la suppression de 66 postes d'ici juin 2022.

Devant l'usine de Calcia de Beaucaire, une cinquantaine de salariés bloquent l'entrée du site - 17 décembre 2020
Devant l'usine de Calcia de Beaucaire, une cinquantaine de salariés bloquent l'entrée du site - 17 décembre 2020 © FTV - J.Curato

66 suppressions de postes à Cruas

Ils sont arrivés en car ce jeudi matin à 7 h. Une cinquantaine de salariés de l’usine Calcia à Cruas, en Ardèche, sont venus bloquer l’entrée de l’usine de Beaucaire dans le Gard toute la journée, ils ont été rejoints par une trentaine de salariés de l'usine gardoise. Ils dénoncent un plan de restructuration qui prévoit la suppression de 66 postes à Cruas.

Le groupe allemand qui possède Calcia Ciments depuis 2015 prévoit l'arrêt de l'activité de production de ciment blanc du site de Cruas d’ici fin 2022. Ce qui entraînerait la suppression de postes sur ce site alors que d’autres vont bénéficier d’importants investissements. C’est le cas à Beaucaire où près de 30 millions d’euros vont être investis.

Nous, on souhaite aussi bénéficier d’un plan d’investissement pour respecter les normes environnementales et pour continuer à produire du ciment blanc en France. Nous, on a un site de production très spécial on fait du ciment blanc grâce à la présence de calcaire dans notre carrière

Pascal, salarié à l’usine de Cruas.

Des investissements sur d'autres sites 

Pour les salariés de Beaucaire, venus soutenir leur collègue de l'Ardèche, ce plan de restructuration n'est que le début : "Nous sommes complètements solidaires, les investissements qui sont promis aujourd’hui ne sont pas encore là. On est très méfiants, d’autant plus que ces investissements feraient de l’usine une usine ultra performante en doublant la capacité de production et donc notre crainte est que celle-ci tourne avec moins de personnel", explique Jean-Sébastien, salarié de l'usine de Beaucaire. 

D'autres actions à venir

Les salariés de l’entreprise de Cruas ont été reçus par la direction locale, ils confient avoir posé une quinzaine de questions, toujours sans réponses.

C’est que le début, c’est un marathon, nous sommes partis pour nous battre et on ne va pas se laisser faire, c’est certain »

Patrice, salarié de l’usine de Cruas.

Les salariés Ardéchois sont en grève depuis près de trois semaines et mènent des actions sur tous les sites de France. Ils se sont déjà rendus sur le site d’Airvault, en Nouvelle-Aquitaine pour dénoncer le sort de leur entreprise. Les salariés devraient reprendre la route ce jeudi pour l’Ardèche.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emploi économie entreprises finances