A Nîmes, les restaurateurs souffrent du télétravail

Publié le
Écrit par Ophélie Le Piver avec Martin Villaret-Giraud
Depuis début janvier et l'instauration du télétravail, les restaurateurs d'une zone d'activité de Nîmes ont perdu entre 30% et 50% de chiffre d'affaires.
Depuis début janvier et l'instauration du télétravail, les restaurateurs d'une zone d'activité de Nîmes ont perdu entre 30% et 50% de chiffre d'affaires. © Audrey Guiraud/France3

Depuis le 3 janvier dernier, le télétravail est désormais obligatoire 4 jours par semaine. Cette mesure, destinée à limiter la propagation du variant Omicron impacte directement le chiffre d’affaires des restaurateurs, notamment à Nîmes.

Dans la salle de restaurant du Georges B à Nîmes, à peine la moitié de tables sont occupées. Il est pourtant midi. Une situation qui se répète depuis plusieurs jours. “Si on regarde les jours précédents on voit que le cahier de réservations n’est pas du tout plein”, désespère Mathis Fernandez, le responsable du restaurant.

Son établissement est situé dans une zone d’activités, sa clientèle est donc composée uniquement de professionnels. Son chiffre d’affaires est en chute libre depuis la rentrée du 3 janvier. “Habituellement on a 80 couverts le midi”, s’inquiète le restaurateur. “Mais là si j’en fais 40, c’est le bout du monde. Je tourne des fois à 25-30 couverts le midi. On est 5 employés quand-même !” 

Pour faire face, il a été contraint d’alléger le nombre d’heures travaillées de son personnel. Les rares clients eux, font de leur venue un acte de solidarité : “quand on peut être sur place, on essaie de venir pour faire travailler les restaurateurs du coin”, confie l’une d’elle.

20% à 20% de chiffre d'affaires en moins depuis début janvier 

A 500 mètres de là, le constat est le même dans cet autre restaurant. Thierry et sa femme tiennent seuls leur établissement, ici 90% des clients travaillent à proximité. Alors pour sauver les meubles, le couple mise sur la vente à emporter. “On s’attendait à pire que ça”, raconte Thierry Cazeneuve, le co-gérant de “Nos gourmands disent”. “On pensait que ça allait baisser beaucoup plus que ça mais on fait quand même entre 20% et 30% en moins. On travaille sur des petites quantités, on est obligé de faire au jour le jour”.

La mesure des 4 jours de télétravail est effective jusqu’au 24 janvier prochain. Les restaurateurs espèrent que cette mesure ne sera pas prolongée et qu’ils pourront ainsi reprendre une activité normale.    

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.