Crash d'un hélicoptère de la Sécurité civile : la base aérienne de Nîmes-Garons endeuillée est sous le choc

Photo d'archives / © MAXPPP / Vincent Voegtlin
Photo d'archives / © MAXPPP / Vincent Voegtlin

Après le drame qui a fait 3 morts, dont 2 hommes de la Sécurité civile basés à Nîmes, dans la nuit de dimanche à lundi, entre Marignane et Marseille, la base aérienne de la Sécurité civile à Garons est sous le choc. Christophe Castaner y sera en visite ce lundi à 16h.

Par Fabrice Dubault


Les hommages se multiplient ce lundi matin, après l'accident d'hélicoptère, dans les Bouches-du-Rhône. 2 hommes de la Sécurité civile basés à Nîmes-Garons, Jean, le pilote 44 ans et le mécanicien, Michel, 47 ans, sont morts dans le crash de l'appareil Dragon 30.
 

Le président de la République Emmanuel Macron a exprimé, lundi, aux familles des trois sauveteurs décédés dans les intempéries qui ont frappé le sud-est de la France le "soutien de la Nation", tandis que le Premier ministre Edouard Philippe a salué leur "immense courage".
 

Trois de nos concitoyens engagés de la sécurité civile ont disparu en hélicoptère alors qu'ils secouraient les victimes des intempéries dans le sud. À leurs camarades sapeurs-pompiers et secouristes, à leurs familles, soyez assurés du soutien de la Nation qu'ils ont tant servie", a tweeté le chef de l'Etat.

 

C'est un nouveau deuil pour la base aérienne du Gard, après le décès de Franck Chesneau, pilote tué dans le crash de son Tracker durant l'incendie de Générac en août dernier.
 


Christophe Castaner à Nîmes-Garons


Le ministre de l'Intérieur s'est rendu ce lundi midi sur les lieux du crash de l'hélicoptère et il était ensuite vers 16h, à l'aéroport de Nîmes-Garons pour apporter son soutien et celui de la Nation aux personnels de la base de la Sécurité civile.
 

Christophe Castaner  a rencontré les familles du pilote et du copilote mécanicien de la Sécurité civile décédés dans l'accident.
 

C'est une épreuve pour la sécurité civile mais il se redresseront, ils ne baisseront pas les bras", a déclaré le ministre.

 
 

3 morts dans le crash au nord de Marseille


L'hélicoptère de la Sécurité civile "Dragon 30" se dirigeait vers Le Luc dans le Var, pour une mission de reconnaissance et de sauvetage, lorsque "les liaisons radios et radar ont été rompues", a annoncé dans un communiqué le ministère de l’Intérieur.

D’importants moyens de recherche déclenchés dans le cadre du plan SATER (Sauvetage Aéro-Terrestre), ont permis de localiser l’épave de l’hélicoptère à 1h30 du matin à proximité de la commune du Rove, aux portes de Marseille.
 

Malgré l'engagement d'importants moyens de recherche (...), les trois occupants de l'hélicoptère ont été retrouvés décédés à 1h30 du matin", ont indiqué dans un communiqué le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

 
 

2 membres de la Sécurité civile basés à Nîmes-Garons


L'hélicoptère s'est écrasé dans les collines du massif de la Nerthe, sur la commune des Pennes-Mirabeau, pour une raison encore inconnue. A son bord, 3 personnes, dont 2 hommes de la Sécurité civile de Nîmes-Garons. Toutes décédées.

Il s'agit de Jean 44 ans, pilote de la Sécurité civile, il habitait dans le Gard entre Rodilhan et Bouillargues et était basé à Garons depuis environ 1 an.
Et Michel 47 ans, mécanicien opérateur de bord et instructeur à Garons, il habitait à Bezouce et avait 3 enfants.


L'enquête a été confiée à la gendarmerie du transport aérien.

L'hypothèse d'un accident dû à une mauvaise visibilité à cause d'un important brouillard était envisagée mais reste à être confirmée, selon des sources proches de l'enquête.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus