• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Découvrez comment le patrimoine des vignes françaises est conservé près de la plage du Grau-du-Roi

Le conservatoire des vignes à l'Espiguette au Grau-du-Roi dans le Gard géré par l'Institut Français de la vigne et du vin - mai 2019 / © F3 LR
Le conservatoire des vignes à l'Espiguette au Grau-du-Roi dans le Gard géré par l'Institut Français de la vigne et du vin - mai 2019 / © F3 LR

L'institut français de la vigne et du vin (IFV) conserve précieusement la collection nationale des clones agréés des vignes cultivées en France dans le sable de l'Espiguette, la plage du Grau-du-Roi dans le Gard. Découverte d'un lieu unique et essentiel pour l'histoire et l'avenir des vignes.

Par C.Alazet avec S.Banus

La plage de l'Espiguette au Grau-du-Roi dans le Gard cache un véritable trésor protégé par un coffre-fort de sable qui protège les plantes des maladies.

Une sorte de maternité de la vigne française. Plus de 90 % des ceps plantés dans l'Hexagone naissent ici.

L'équipe de l'institut français de la vigne et du vin (IFV) prépare des porte-greffes, des petits ceps couverts de cire.

Une variété de vigne résistante au phyloxera destinée à accueillir le greffon du cépage choisi par le viticulteur.
 
Les porte-greffes sont plantés dans le sable pur et protecteur de l'Espiguette au Grau-du-Roi en mai. Ils seront récupérés en novembre, une fois le système racinaire développé. Mai 2019 / © F3 LR
Les porte-greffes sont plantés dans le sable pur et protecteur de l'Espiguette au Grau-du-Roi en mai. Ils seront récupérés en novembre, une fois le système racinaire développé. Mai 2019 / © F3 LR

Maud Nencioni, technicienne à l'institut français de le vigne et du vin, explique que les porte-greffes vont rester 6 mois dans le sable.

On les plante au mois de mai. On les laisse grossir et s'enraciner jusqu'en novembre. Puis on va les arracher, les trier et les mettre en sac en frigo. ils partiront vers des pépiniéristes français.

Les ceps qui ont donné ces greffons sont juste à côté : Pinot, merlot ou gerwurztraminer, les clones des 360 variétés de vignes cultivées en France sont tous là, conservés ici depuis plus de 50 ans.

Le lieu n'a pas été choisi au hasard car le sol joue le rôle d'un coffre-fort inviolable pour protéger ce trésor contre les maladies.

Le secret, c'est la pureté du sable, sans matière organique, qui le rend résistant au nématode du court-noué, une maladie de dégénerescence de la vigne.
 
 

Des travaux contre les attaques d'insectes

Si la bataille au sol est gagnée, l'institut français de la vigne et du vin craint aujourd'hui un raid aérien sur son patrimoine jalousement conservé.

Les premiers travaux d'installation de filets anti-insectes ont été engagés.

Une mesure de précaution : le développement de la bactérie Xylella Fastidiosa, véhiculée par des insectes volants, fait peser une nouvelle menace sur la collection.

Une menace que Jean-Pierre Van Ruyskensvelde, directeur général de l'IFV, prend très au sérieux.

En Europe et en France, cette bactérie tue des oliviers et des plantes ornementales. il faut protéger le conservatoire de la vigne.

Les appels d'offre ont été lancés.

Dans quelques mois, les 1 200 clones de la collection seront mis sous cloche.
 
Et les plages de l'Espiguette pourront rester un sanctuaire pour le patrimoine végétal de la viticulture française, comme elles le sont depuis 1962.




 

Sur le même sujet

Montpellier Danse : où va la danse contemporaine aujourd'hui ?

Les + Lus