• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Gard : l’impressionnant démantèlement d’un réseau de cambrioleurs qui utilisait des enfants vendus

Entre autres, 1 100 bijoux ont été dérobés / © FR3 Occitanie / Jérôme Curato
Entre autres, 1 100 bijoux ont été dérobés / © FR3 Occitanie / Jérôme Curato

1 100 bijoux, 6,5 kilos d’or, 40 montres de luxe, 10 cambriolages par jour… 20 personnes ont été interpellées pour une série de vols après une longue enquête des gendarmes du Gard. Des mineurs étaient vendus pour perpétrer ces cambriolages.

Par Richard Duclos et Jérôme Curato

Des mois de travail, cinq militaires engagés 24 heures sur 24, 180 gendarmes mobilisés au total : c’est un impressionnant coup de filet qu’ont réussi les gendarmes du Gard, et notamment la brigade de Vauvert.

Un important réseau de cambrioleurs, au butin encore plus important, qui sévissait depuis des mois sur tout l’arc méditerranéen, a été démantelé.

Tout est parti d’un cambriolage le 21 septembre dernier, à Vergèze. Les gendarmes prennent sur le fait deux adolescentes, en train de cambrioler une maison. Après leur interpellation, ils mettent alors en place tout un réseau de surveillance.

Une longue enquête a conduit à l’interpellation de 20 personnes. Sept ont été incarcérées, une a été placée sous contrôle judiciaire. Une partie des interpellés sont des gens du voyage installés dans un camp aux Angles, dans le Gard. L’autre partie, la tête du réseau, est installée depuis longtemps en région parisienne, dans le 93 et le 94. C’est eux qui écoulaient le butin, reçu tous les quinze jours, en Belgique.


Le reportage de Jérôme Curato et Christian Bestard :
Gard : l’impressionnant démantèlement d’un réseau de cambrioleurs qui sévissait depuis des mois
Avec : Chef d'escadron Laurent Rougès, commandant Compagnie gendarmerie de Vauvert - France 3 Occitanie - Reportage : Jérôme Curato et Christian Bestard



Ils vendaient leurs filles comme cambrioleuses


Le mode opératoire était bien particulier : les familles de région parisienne vendaient leurs filles et garçons aux autres membres du clan installé en province, qui les utilisaient alors pour des cambriolages. Les adolescents devaient effectuer un quota de vols afin de pouvoir rentrer dans le camp le soir, a expliqué le commandant Laurent Rougès, patron de la compagnie de Vauvert.  "Tous les matins ils étaient déposés dans un quartier, dans une ville ou un village différent et ils sonnaient aux portes. Si personne ne répondait, ils rentraient dans les maisons et dévalisaient l'or, l'argent, les bijoux."


L’avantage d’avoir recours à des mineurs : elles étaient relâchées beaucoup plus vite en cas d’arrestation.

Au total, ce sont 1 100 bijoux qui ont été dérobés. Pas moins de 6,5 kilos d’or. Mais aussi 25 000 euros en numéraire, et 40 montres de luxe d’une valeur de 150 000 €.

1 500 faits sur cinq mois, soit 10 cambriolages par jour, ont été comptabilisés. Il n’est pas impossible qu’il y en ait plus.

Les Gardois ont été interpellés le 21 janvier. La tête du réseau, en région parisienne, ce lundi 12 mars. La brigade de Vauvert a gardé la main de bout en bout sur l’enquête.

Une information judiciaire pour "vol aggravé, association de malfaiteurs et traite des êtres humains" est ouverte auprès d'une juge d'instruction à Nîmes.

© FR3 Occitanie / Jérôme Curato
© FR3 Occitanie / Jérôme Curato


Sur le même sujet

Manifestation du BTP dans le Gard

Les + Lus