• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Au Grau-du-Roi, une opération pour mieux compter les déchets plastiques en Méditerranée

Une dizaine de professionnels de l'environnement participent à une formation pour déterminer la densité des déchets en Méditerranée / © Olivia Boisson / France 3 Occitanie
Une dizaine de professionnels de l'environnement participent à une formation pour déterminer la densité des déchets en Méditerranée / © Olivia Boisson / France 3 Occitanie

Une formation pour mieux apprendre à déterminer la densité des déchets plastiques en Méditerranée est organisée ce jeudi au départ du Grau-du-Roi, dans le Gard. Une urgence alors que 600 000 tonnes de plastiques sont rejetées chaque année dans la Méditerranée. 

Par Emma Derome

Une dizaine de professionnels de l'environnement, de Port Camargue, de Corse ou du Var, participaient jeudi 6 juin à une formation bien spéciale au départ du Grau-du-Roi, dans le Gard. Il s'agit d'un protocole pour mieux déterminer la densité des déchets en mer Méditerranée.

Une urgence à l'heure où 600 000 tonnes de plastiques sont rejetées dans la mer Méditerranée chaque année. L'EcoOcéan Institut de Montpellier, l'organisation internationale Meadsealitter et d'autres partenaires se sont associés pour tenter de mieux mesurer le véritable impact de la pollution aux plastiques.
 
Grau-du-Roi : opération plastique en Méditerranée
Equipe : Olivia Boisson Christophe Monteil et Stéphanie Plessis. Intervenants : Kevin Bergeron - service environnement au CAVEM (Communauté d’Agglomération Var Estérel Méditérranée), Nathalie Di Meglio - directrice EcoOcéan Institut, Claude Miaud - Directeur d’études à l’école pratique des hautes-études

L'idée est de mettre en place un protocole d'analyse à ambition européenne. 

L’intérêt de ce protocole, c’est qu’ils utilisent tous la même façon de collecter des données pour qu’on puisse les rassembler et les analyser ensemble. Si chacun fait à sa façon, on ne pourra jamais comparer ce qu’il se passe à l’Est et à l’Ouest, au printemps ou en hiver… L’intérêt d’avoir un protocole commun, c’est d’avoir des réponses à l’échelle locale comme internationale sur les macro-déchets.
Léa David, docteure en écologie marine à l’EcoOcéan Institut 


Ce projet environnemental est déjà mené en Grèce, en Italie ou en Espagne,​​​​​ à destination des agents des aires marines protégées.
 
"Un protocole européen est nécessaire pour analyser les déchets en mer" pour Léa David de l'EcoOcéan Institut
Images : Olivia Boisson et Christophe Monteil

Sur le même sujet

Perpignan : le ministre de la Culture en visite au festival Visa pour l'image

Les + Lus