Horaires décalées, week-end travaillés : la restauration en mal de saisonniers dans le Gard

En France, plus de 50 000 emplois dans la restauration ne trouvent pas preneur - août 2017 / © Maxppp/Pierre HECKLER
En France, plus de 50 000 emplois dans la restauration ne trouvent pas preneur - août 2017 / © Maxppp/Pierre HECKLER

Pour les entreprises, recruter des saisonniers devient un casse-tête. Horaires décalés, week-end travaillés. Ces postes attirent de moins en moins. Exemple au Grau-du-Roi dans le Gard.

Par Joane Mériot

En juillet dernier, le chômage a fait un bond de 1,5% dans le Gard, le mois dernier il y avait 51 530 personnes sans activités. Pourtant un secteur n’arrive pas à recruter, c’est celui de la restauration. Exemple au Grau-du-Roi …

Dominique Basciano, propriétaire d’un restaurant depuis plus de 30 ans emploie 6 personnes à temps complet et 11 saisonniers en période estivale. Mais depuis 3 ans il a de plus en plus de mal à recruter du personnel : que ce soit en cuisine ou pour le service :

On essaye de recruter via pôle emploi, par le journal hôtelier, par les réseaux sociaux … on a aucun appel cela devient désespérant.
 

Le reportage de Daniel Moine et Eric Mangani 


Horaires décalées, week-end travaillés : la restauration en mal de saisonniers dans le Gard
Pour les entreprises, recruter des saisonniers devient un casse-tête. Horaires décalés, week-end travaillés. Ces postes attirent de moins en moins. Exemple au Grau-du-Roi dans le Gard. - France 3 LR - Eric Mangani et Daniel Moine


En tout plus de 50 000 postes dans le secteur de l’hôtellerie et de la restauration ne trouvent pas preneur. En cause la pénibilité du travail :

Gérard Hampartzoumian, Président Syndicat UMIH

L’amplitude de travail est vraiment difficile, on travaille le dimanche, les jours de fête, on travaille quand les gens s’amusent et ça c’est quand même pénible, la plupart ont des coupures la journée, un seul service par saisonnier serait l’idéal mais ici dans le Gard c’est impossible

Alors pour revaloriser ces métiers, restaurateurs et hôteliers sont prêts à former leurs salariés et mieux les payer.
Des syndicats envisagent de rencontrer le gouvernement afin de mettre en place un plan d'envergure nationale dont l’objectif serait d’obtenir une baisse de leurs charges ce qui entraînerait selon eux la baisse du chômage.

Sur le même sujet

Le hameau illuminé de Salmanac en 2016

Près de chez vous

Les + Lus