• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Implant Bayer défectueux : “On m'avait proposé une méthode miracle mais au final, je suis mutilée”

"Je veux que Bayer reconnaisse qu'il nous a empoisonné." A Montpezat, dans le Gard, une femme a décidé de se battre contre la multinationale. Elle s'estime victime des implants Essure.
"Je veux que Bayer reconnaisse qu'il nous a empoisonné." A Montpezat, dans le Gard, une femme a décidé de se battre contre la multinationale. Elle s'estime victime des implants Essure.

"Je veux que Bayer reconnaisse qu'il nous a empoisonné." A Montpezat, dans le Gard, une femme a décidé de se battre contre la multinationale. Elle s'estime victime des implants contraceptifs Essure. "D'avoir mal au quotidien, H 24, on pète un plomb."

Par Olivier Le Creurer

De nombreuses boites de médicaments pour soulager ses douleurs. Un premier deux fois par jour et un autre trois fois par jour. Séverine Tricoit est une victime des implants Essure du laboratoire Bayer. Un dispositif contraceptif définitif qu'elle a posé en 2016. Retiré 6 mois après. Depuis elle est suivie par le centre anti-douleur. Impossible pour elle de vivre une vie normale. 

On m'avait proposé une méthode miracle. Au final, aujourd'hui, je suis mutilée


"On m'avait proposé une méthode miracle. Au final, aujourd'hui, je suis mutilée parce qu'on m'a retiré l'utérus. Pour une femme, c'est compliqué même si je savais que je ne voulais plus avoir d'enfant. Et puis d'avoir mal au quotidien, H 24, on pète un plomb."

Ce contraceptif aurait fait un millier de victimes, selon les estimations des autorités sanitaires. L'implant Essure a cessé d'être commercialisé en 2017.

Je veux que Bayer reconnaisse qu'il nous a empoisonné


"Je veux que Bayer reconnaisse qu'il nous a empoisonné. Qu'ils ont retiré les implans du marché sois-disant parce qu'ils ne se vendaient plus mais qu'ils reconnaissent qu'ils les ont retirés du marché parce qu'ils étaient dangereux." 

Séverine Tricoit prépare une action en justice. Le laboratoire Bayer est déjà visé par une action de groupe et 70 plaintes au pénal. RESIST, Réseau d'entraide, de soutien et d'informations sur la stérilisation tubaire" réunit de nombreuses plaignantes.  
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Hérault : mobilisation contre la fermeture partielle du bureau de poste de Saint-Georges d'Orques

Les + Lus