Nîmes : jusqu'à 7 ans de prison pour 14 proxénètes roumains et bulgares

14 prévenus, dont des Roumains et des Bulgares, ont été condamnés ce mardi à Marseille à des peines allant jusqu'à 7 ans de prison pour avoir géré trois réseaux de proxénétisme implantés à Avignon et Nîmes. Ils exploitaient une dizaine de prostituées entre 2013 et 2016.
illustration
illustration © Maxppp

3 filières de proxénétisme se disputaient parfois "les places de trottoir" de Nîmes et d'Avignon.
Certaines prostituées étaient logées dans un hôtel de Lédenon, un village du Gard. La patronne de cet établissement, âgée de 88 ans et absente lors des débats, a été condamnée à 15.000 euros d'amende pour proxénétisme aggravé.
 

3 filières entre Gard et Vaucluse


À la tête d'une de ces filières, Angel Atanasov, un Bulgare de 41 ans, se trouvait en détention au moment des faits pour lesquels il était jugé. Depuis sa cellule, il maintenait d'incessants contacts avec des prostituées, réclamant des recharges de téléphone, l'envoi de mandats, en usant d'un ton menaçant, selon l'accusation.
Il a été condamné à sept ans de prison et maintenu en détention. Le tribunal correctionnel de Marseille a prononcé à son encontre une interdiction définitive du territoire français, comme pour deux de ses fils, condamnés, l'un à trois ans de prison avec sursis, l'autre à quatre années d'emprisonnement.

Un second réseau était géré par trois Roumains, désignés comme leurs proxénètes par plusieurs prostituées. Son principal responsable, Petre Rosca, 32 ans, déjà incarcéré en France pour proxénétisme aggravé, a été condamné à sept ans de prison, ses deux lieutenants, également Roumains, à six et cinq ans de prison. Sur les interceptions téléphoniques, l'un d'eux avait menacé une prostituée de "la traîner à l'arrière de sa voiture ou encore de lui sortir le foie par la bouche".

À Avignon, Cédric Cefaliello, 36 ans, déjà condamné à quatre ans de prison pour proxénétisme, était désigné par l'accusation comme le chef d'un troisième réseau semblant vouloir récupérer des prostituées d'Angel Atanasov. Condamné à sept ans de prison, il était épaulé de son épouse, prostituée d'origine roumaine à laquelle le tribunal a infligé une peine de deux ans de prison dont dix-huit mois avec sursis, d'un ami condamné à cinq ans de prison et arrêté à la barre du tribunal ainsi que d'un ancien codétenu.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société police sécurité