Nîmes : l'ancien directeur de centre de loisirs condamné à dix ans de réclusion pour viols et agressions sexuelles

Huit ans de prison avait été requis contre Jacques Le Roi, l'ancien directeur d'un centre aéré nîmois. Jugé aux assises du Gard pour des viols sur une fillette de 10 ans et des agressions sexuelles sur plusieurs autres petites filles, il a finalement été condamné à dix ans de réclusion.

Nîmes - le palais de justice - archives.
Nîmes - le palais de justice - archives. © F3 LR

C'est aux alentours de 21 heures que le verdict a été rendu. Jacques Le Roi, ancien directeur d'un centre de loisirs nîmois (l'Oeuvre Argaud*) est condamné à dix ans de réclusion criminelle, assortie d'un suivi-judiciaire de cinq ans.

C'est donc une peine plus lourde que la cour d'assises du Gard a décidé de prononcer : l'avocat général avait en effet réclamé une peine de 8 ans de prison.

 

Reconnu coupable de viols et agressions sexuelles sur des fillettes



L'homme était accusé d'abus sexuels sur cinq petites filles, toutes âgées de moins de 15 ans au moment des faits, entre 2014 et 2015. Les plus jeunes  avaient huit ans lorsque les abus sexuels ont débutés. 
Aujourd'hui, Jacques Le Roi est reconnu coupable des viols et des agressions sexuelles sur la jeune Léonie : il avait reconnu ces faits. Il est également reconnu coupable d'agressions sexuelles sur deux autres fillettes, qu'il avait niées.


Il est en revanche relaxé pour les agressions sexuelles concernant deux fillettes.


* L’oeuvre Argaud est une ancienne institution religieuse fréquentée par des générations de Nîmois. Fermée en 2011 après le départ des derniers prêtres, elle a été relancée en 2012 par des "anciens", des bénévoles, qui ont connu de grandes difficultés pour maintenir l’activité.
Le centre de loisirs, ouvert aux 6-17 ans, a recu un agrément de cinquante places. C'est le seul centre de loisirs privé de la ville de Nîmes
.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société pédophilie vacances assises violence