• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Nîmes : démantèlement de “Taxi weed”, un trafic de drogue organisé comme une banale entreprise de livraison

Un plant de cannabis - juin 2019- Milan / © Miguel MEDINA / AFP
Un plant de cannabis - juin 2019- Milan / © Miguel MEDINA / AFP

Cartes de fidélité, réduction pour les "bons" clients, livraison à domicile : une petite entreprise bien organisée mais totalement illégale. Leur "Taxi Weed" livrait résine de cannabis et cocaïne. 4 Nîmois ont été condamnés pour trafic de stupéfiants à des peines allant jusqu'à 2 ans de prison ferme

Par C.Alazet avec J.Mériot

Un nom accrocheur, des cartes de fidélité, des réductions pour les clients les plus fidèles, la petite entreprise de livraison mise en place par quatre jeunes Nîmois cochait toute les cases d'un marketing efficace.

A une exception de taille : "taxi weed" (weed signifiant herbe en anglais) livrait de la résine de cannabis et de la cocaïne à ses clients. Une activité évidemment totalement illégale en France.

Les Nîmois, âgés de 24 à 26 ans, ont été interpellés mardi 11 juin, par la police, après 3 mois d'enquête.

Lors des perquisitions, résine de cannabis et feuilles de comptabilité ont été retrouvées aux domicilex des prévenus, qui vivaient tous chez leur mère. 

Jusqu'à présent, les 4 jeunes hommes n'étaient pas connus des services de police, à part l'un d'eux pour une conduite sans permis. 

Ils ont tous reconnu les faits reprochés. 
 

Un texto sur les offres du jour envoyé chaque matin


Ils entreposaient les produits stupéfiants dans un box qui leur servait aussi de bureau.

Chaque matin, un texto était envoyé aux clients avec les offres du jour. 

Leur fichier comptait 177 clients. 

Cartes de fidélités, réductions envers les "meilleurs" clients, l’activité  s’organisait comme une n'importe quelle entreprise de livraison à domicile.

Les 4 prévenus ont été jugés jeudi 13 juin en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Nîmes.
 

3 ans de prison dont 2 fermes pour l'organisateur


Le principal prévenu a expliqué avoir créé cette entreprise car il voulait être à la tête de son activité. 

Après avoir pensé à une entreprise de restauration rapide, il décide de créer "Taxi weed" et propose à trois de ses amis de l’aider.

Le procureur de Nîmes a prononcé des réquisitions "sévères et exemplaires, parce que "c’est un dossier qui est unique" :
 
  • confiscation de tous les scellés : drogues, argent liquide, ordinateurs, téléphones portables, PlayStation et télé (elles ont servi à communiquer avec les clients ) et de tous les véhicules.
  • 4 ans de prison dont 1 an avec sursis avec mise à l’épreuve pour celui qui est considéré comme le gérant de l’entreprise.
  • 3 ans de prison avec 18 mois de mise à l’épreuve pour les 3 autres considérés comme les livreurs.


Après 4 heures de délibérations, les juges du tribunal correctionnel de Nîmes ont condamné l'organisateur du trafic à 3 ans de prison dont 1 an avec sursis et 2 ans de mise à l’épreuve. Il a été incarcéré à l'issue de l'audience.

Un des 3 livreurs a été condamné à 2 ans d’emprisonnement dont un avec sursis et mise à l’épreuve pendant deux ans, avec obligation de travailler ou de suivre une formation pendant le délai de mise à l’épreuve.

Pour les deux autres livreurs, des peines de 18 mois de prison avec sursis accompagnées de 2 ans de mise à l'épreuve, avec une obligation de soins pour l’un et une obligation de travailler pour l’autre.

 

Sur le même sujet

Hérault : les Morane Air Tractor sont basés au Pélicandrome de Béziers Cap d'Agde

Les + Lus